Sujet de type 1: Le Blocus de Berlin: origine, évolution et dénouement

 Sujet de type 1 : Le blocus de Berlin : origines, évolution et dénouement

 

Introduction

Avec le "coup de Prague" en 1948, tous les pays à l'est du "rideau de fer" sont désormais gouvernés par des communistes. En Allemagne, les Occidentaux décident alors dans leurs zones la reconstitution d'un Etat allemand permettant de faire barrage au communisme. Cette décision déclenche la première grande crise de la Guerre froide, la crise de Berlin.

 Toutefois, on peut se demander quelles sont les causes réelles des désaccords qui vont entraîner le blocus de Berlin?

Répondre à cette interrogation nous amène à exhumer les origines du blocus, puis à décrire tour à tour son évolution et son dénouement.

 

I. Les origines de la crise

- Soviétisation de l'Europe de l'Est: Cherchant à constituer un glacis défensif, l'URSS étend le communisme hors des frontières soviétiques, en Europe de l'Est.

- Les non-dits de Yalta: Si la conférence de Yalta s'est clairement exprimée sur la partition de l'Allemagne en quatre zones d'occupation, elle ne s'est pas prononcée sur le système politique et économique à pratiquer dans l'Allemagne occupée, de même qu'elle est restée muette sur la durée de l'occupation.

- Relèvement de l'Allemagne occidentale: Afin de faire barrage au communisme, les Américains décident de lancer le relèvement économique et politique de l'Allemagne occidentale (cf. doctrine Truman/ Plan Marshall). Ce qui se traduit, entre autres par l'hostilité américaine par rapport à la poursuite de la désindustrialisation de la partie occidentale de l'Allemagne.

- Fusion des zones d'occupation française, britannique et américaine: A la "bizone" anglo-américaine se joint la zone française.

- Unification monétaire des trois zones: Une nouvelle monnaie, le Deutschemark, y remplace (le 20 juin) l'ancien Mark déprécié par les émissions massives des Soviétiques. Cette réforme monétaire provoque une crise aiguë entre les Occidentaux et les Soviétiques : c’est la fin du gouvernement quadripartite (Le 20 mars 1948).

Les Occidentaux justifient toutes ces mesures comme une riposte à la satellisation de l'Europe de l'Est. Pour les Soviétiques, toutes ces mesures sont en contradiction avec les accords de Potsdam. Aussi réagissent-ils au processus de création d'une entité politique par le blocus de Berlin ouest.

 

II. Le déroulement

-Blocus de Berlin ouest : le 24 juin 1948, L'URSS décide de couper les routes et les voies ferrées qui relient les trois zones d'occupation occidentales de Berlin à l'Ouest.

-Mise en place du "pont aérien" : Berlin Ouest risquant d'être asphyxiée, Les Américains organisent un gigantesque pont aérien pour ravitailler les Berlinois de l'Ouest. En un an, 2,5 millions de tonnes de ravitaillement sont ainsi acheminés.

-Menace d'utilisation de la force par les Américains pour maintenir libres les couloirs aériens. Finalement, la maîtrise aérienne que les USA manifestent permet d'éviter l'affrontement.

Finalement, n’ayant pas provoquer le recul ou le départ des Occidentaux, les Soviétiques lèvent le blocus en 12 mai 1949. Staline reconnaît sa défaite face au camp occidental.

 

III. Le dénouement (et ses conséquences)

- Création de la RFA: envisagé depuis 1946 par les Occidentaux, le partage effectif de l'Allemagne se concrétise. Ils créent, le 8 mai 1949, la RFA, groupant les trois zones occidentales. Elles s'alignent "naturellement" derrière les USA.

- Création de la RDA: en réaction à la création de la RFA, les Soviétiques créent sur leur ex-zone la RDA, le 7 octobre 1949.

- Renforcement du sentiment pro-américain en Allemagne : Au lieu d’affaiblir l’influence occidentale en Allemagne, il la conforte ; la réaction des Américains convainc les Allemands de la sincérité de leur soutien.

 

Conclusion

En 1949, la situation reste figée. Les blocs se partagent l'Allemagne et Berlin. Aucun camp ne peut s'aventurer dans l'autre sans provoquer de conflit généralisé. C'est pourquoi le conflit quitte l'Europe pour l'Asie.

--------------------------------------------------------------------------------------

Annexes

 

La crise de Berlin traduit le problème de l'unité ou la division de l'Allemagne. Une Allemagne unifiée au cœur de l'Europe constitue un danger potentiel en raison d'un pangermanisme toujours enclin à renaître; une Allemagne divisée risque d'exacerber un nationalisme passionnel et de devenir un brûlot prêt à incendier le continent.

Thèse anglo-américaine: relever le pays afin qu'il se suffise à lui-même; le Plan Morghentau de 1944 pour une "Allemagne pastorale" est jeté aux oubliettes, de même que le principe du démembrement admis à Téhéran et à Yalta.

Thèse soviétique: laisser à l'Allemagne son unité politique, mais la maintenir économiquement divisée; l'URSS refuse la Sarre à la France, mais démonte à tour de bras les usines de sa zones (et 12 000 kilomètres de rails de chemin de fer sur 18 000 existants!).

15 votes. Moyenne 3.53 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×