La diversification de l'économie gabonaise

Sujet de type 3 : La diversification de l’économie gabonaise

(par le Prtofesseur darius ENGUENGH)

 

Introduction :

• Depuis la 2ème moitié des années 1980, l’économie gabonaise affiche des signes d’essoufflement qui rendent impérieuse sa transformation.

• Dans quelle mesure la diversification peut-être source de dynamisme de l’économie gabonaise ?

• Devoir en deux parties : Enjeux et limites de la diversification de l’économie gabonaise.

------------------- (saut de deux ou trois lignes) ----------------------

 

Première partie : Les enjeux de la diversification de l’économie gabonaise

Premier paragraphe : Développer l’agriculture et la pêche

• Le développement de l’agriculture : Grâce à une importante surface agricole utile (près de 60% du territoire), un sol de qualité acceptable et un climat favorable, le Gabon dispose d’importants atouts pour développer le secteur agricole jusques y compris les cultures commerciales comme le café, la cacao et l’hévéa. Ce qui permettrait à terme, d’une part, de créer des emplois (près de 10 000, selon les statistiques de 2008 du Ministère gabonais du Plan) et, d’autre part, d’atteindre l’autosuffisance alimentaire (le Gabon ne couvrant que 40% de ses besoins alimentaires).

• La valorisation de ressources halieutiques : Avec près de 800 km de côtes, de nombreux cours d’eau (10 000 km2), le Gabon dispose des atouts énormes en matière de pêche (capacité de production estimée à près de 70 000 tonnes/an). A l’instar du secteur agricole, l’exploitation des ressources halieutiques sera génératrice d’emplois tout en participant à réduire la dépendance alimentaire.

Deuxième paragraphe : Restructurer la filière bois et diversifier l’exploitation minière

• La transformation locale du bois : Le potentiel gabonais dans le secteur bois est très important (plus de 80% du territoire national). En optant (en décembre 2009) pour la transformation locale de toute la production nationale, l’Etat gabonais cherche à accroître la valeur ajoutée dudit secteur (ce qui nécessairement participera à l’augmentation des ressources financières de l’Etat) et à créer davantage d’emplois. La création de la zone franche de Nkok (à une vingtaine de kilomètre de Libreville) s’inscrit dans cette option de transformation locale du bois gabonais.

• L’intensification des activités minières : Avec les nouvelles découvertes des gisements de manganèse de Franceville et Ndjolé, le Gabon pourrait devenir le premier pays exportateur de ce minerai dans le monde. Et, parallèlement, l’exploitation industrielle des richesses telles l’or, le marbre, le phosphate, etc. est sur le point de (re)démarrer. Cette intensification des activités minières devrait doper les recettes budgétaires de soutenir les ressources financières de l’Etat.

Troisième paragraphe : Développer le secteur touristique

• Un milieu naturel propice au développement du tourisme : Le Gabon dispose de nombreux atouts naturels (faune et flore très riches ; paysages attrayants) et culturels (52 ethnies avec des rites et cultures et différentes) pour lancer véritablement le secteur touristique. En le développant, le Gabon pourra davantage dynamiser son tissu économique (entrée des devises, développement des transports, de l’hôtellerie), à créer des emplois.

• Des conditions favorables au développement de l’écotourisme : La création de treize parcs nationaux (11% du territoire national) est un atout très important pour la valorisation du secteur touristique dont les effets attendus sont clairement déclinés : entrée des devises, développement des transports, de l’hôtellerie, lutte contre le chômage.

Transition : Le développement et la transformation des secteurs autres que le pétrole vise non seulement à diversifier les recettes budgétaires de l’Etat, mais aussi à dynamiser l’économie gabonaise et à soutenir la création d’emplois. Mais ces perspectives de développement peuvent-elles devenir réalités dans le contexte socio-économique actuel ?

------------------- (saut d’une ligne) ----------------------

Deuxième partie : Les limites de la diversification de l’économie gabonaise

Premier paragraphe : Les contraintes politico-économiques

• Un réseau routier quelconque : Le mauvais état du réseau actuel ne permet pas d’exploiter le potentiel touristique, agricole ou les autres richesses de nombreuses régions du pays (de nombreux parcs nationaux sont d’accès très difficile).

• Train de vie de l’Etat encore assez élevé : Le non assainissement des dépenses de l’Etat prive le Gabon de ressources financières nécessaires pour le développement de certains secteurs productifs.

• D’importantes charges fiscales : Selon de nombreux opérateurs économiques, les charges fiscales pratiquées au Gabon seraient parmi les plus élevées de la sous-région. Ce qui rendrait ce pays, entre autres, moins attractif pour les investisseurs étrangers.

 • La faiblesse des ressources financières de l’Etat : La baisse et/ou la stagnation des revenus pétroliers et surtout le poids de la dette limitent les programmes d’investissement de l’Etat gabonais.

Deuxième paragraphe : D’autres limites

• Ressource humaine assez limitée : La faiblesse numérique de la population gabonaise explique l’étroitesse du marché et l’insuffisance de la main d’œuvre (simple et qualifiée). Dans des secteurs comme l’agriculture et le tourisme, la main d’œuvre qualifiée n’est pas encore suffisante. Aussi, de nombreux investisseurs étrangers (partenaires essentiels) se désintéressent du Gabon.

• Des lourdeurs administratives : La lourdeur des démarches administratives, le développement de la corruption amènent certains investisseurs étrangers (en même de soutenir l’effort du gouvernement dans sa politique de transformation de l’économie nationale) à se détourner du Gabon.

------------------- (saut de deux ou trois lignes) ----------------------

Conclusion :

• Le pétrole ne pourra pas indéfiniment jouer le rôle de locomotive de l’économie gabonaise. L’instabilité de son marché impose aux Autorités gabonaises d’opérer une diversification de leur économie en mettant l’accent sur des secteurs porteurs tels le tourisme, les services. Le programme politique, "l’Emergence, du nouveau président de la République s’inscrit dans cet ordre.

• Pour y arriver, ces Autorités doivent préalablement relever d’autres défis d’ordre socio-politique et économique.

49 votes. Moyenne 3.31 sur 5.

Commentaires (4)

1. Loic (site web) 15/05/2014

Merci pour ce sujet sur la diversification de l’économie gabonaise.
Loic

Voir plus de commentaires
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site