Savoir lire un écrit (roman, nouvelle, conte, etc.)

Savoir lire un récit (roman, nouvelle, conte) ?

(par ENGUENGH Rosalie Cristelle)

 

Il y a une infinité de pratiques de la lecture : cela va de la lecture la moins contraignante à la lecture la plus méthodique, qui a pour but d’approfondir la compréhension et l’analyse du livre. Les conseils donnés dans cet article ne sont valables qu’au collège. La pratique de la lecture au lycée les inclut mais requiert d’autres méthodes, plus complexes.

 

Avant la lecture

Pour être sûr de ne pas avoir à finir le livre dans l’urgence quelques jours avant le contrôle de lecture, il peut être bon de s’imposer un programme de lecture.

La formule proposée est la suivante : P/j = p. Traduction : on divise le nombre de pages du livre (P) par le nombre de jours dont on dispose pour le lire (j), ce qui nous donne le nombre de pages à lire par jour (p). Le même calcul peut être fait avec les chapitres.Par exemple, imaginons que votre professeur vous ait donné à lire Les Matitis de Freddy Ndong Mbeng, qui fait 211 pages et comporte 22 chapitres. Si vous devez le lire pendant les vacances, vous disposez de deux semaines donc de 14 jours : 211/14 = 15,07 (environ). Donc on doit lire 15 pages par jour. De même on peut procéder par chapitre : 22 chapitres/14 jours = 1,57 (environ) donc 2 chapitres à lire par jour.

Si votre livre comporte des chapitres, il est plus pertinent de s’organiser en fonction de ceux-ci dans la mesure où chaque chapitre est une unité de sens et, en général, une étape dans la narration. Par conséquent vous vous repérerez plus facilement. En revanche assurez-vous que les chapitres soient globalement équilibrés, pour ne pas avoir un jour dix pages à lire, et le lendemain quatre-vingt !

 

Pendant la lecture

Les différentes pratiques de la lecture proposées ne sont pas incompatibles : au contraire, le mieux est qu’elles soient cumulées !

1. La lecture plaisir : installez-vous confortablement (ou pas...) et abandonnez-vous au plaisir de la lecture !

2. Le résumé de chaque chapitre : sur une feuille à part ou sur le livre, faites un résumé rapide de chaque chapitre. Le résumé porte sur l’action : que s’est-il passé ? quel(s) événement(s) ont fait évolué l’action ? Si vous avez oublié ce que vous avez lu la veille ou quelques jours auparavant, relisez les résumés. Puis une fois que vous aurez fini le livre, relisez l’ensemble des résumés pour préparer votre contrôle de lecture.

3. Les questions essentielles à se poser sur un récit : faites un tableau où pour chaque chapitre vous vous poserez les questions suivantes :

Où ? Dans quel pays, quelle région, quelle ville, quel quartier se passe l’action ? Tenez bien compte des changements de lieux.

Quand ? A quelle époque, à quel moment de l’année ou à quelle date se déroule l’histoire ? Comment passe-t-on d’un moment (jour, mois, année...) à un autre ? Y a-t-il des ellipses narratives ?

Quoi ? Que se passe-t-il ? Il s’agit du travail conseillé en 2.

Sur une autre feuille, consacrez une demi-page à chaque personnage ayant un rôle dans l’action. Vous y notez ses principales caractéristiques physiques, morales, ses rapports avec les autres personnages et son rôle dans l’action. Vous pouvez aussi vous interroger sur le narrateur : l’histoire est-elle racontée à la première ou à la troisième personne ? Si elle est racontée à la première personne, qui est le narrateur ? Est-il un personnage de l’histoire ? Que sait-on sur lui ?

Ce travail peut servir de préparation à l’élaboration d’une fiche de lecture.

Pour les élèves qui ont à lire Les enfants de Timpelbach, un exemple de tableau vous est proposé à la fin du livre, dans le dossier consacré à l’étude du livre ("Fiche élève 3").

4. Le vocabulaire de l’oeuvre : Cette étape est réservée aux férus de mots. Le dictionnaire et le carnet de vocabulaire doivent être à portée de main. La démarche à suivre est la suivante :

lisez une page ou deux, crayon en main ;

soulignez les mots dont vous ne comprenez pas le sens ;

cherchez-en le sens dans le dictionnaire, en choisissant celui qui correspond au contexte ;

recopiez ce mot et cette définition dans le carnet de vocabulaire.

Vous n’êtes pas obligé de souligner tous les mots ni de faire ce travail à toutes les pages. Mais c’est un excellent moyen de mieux comprendre l’oeuvre et d’enrichir son vocabulaire !

5. Le contexte de l’oeuvre : pour approfondir l’étude de l’oeuvre, vous pouvez faire des recherches sur l’auteur (les principaux événements de sa vie, son oeuvre) et sur le contexte de publication de l’oeuvre (année de publication, conditions de sa publication, contexte historique, réception de l’oeuvre...).

 

Attention ! Ecueils à éviter :

La recherche des mots inconnus dans le dictionnaire ne doit pas déranger la lecture : donc soit vous adorez les mots, auquel cas je vous conseille d’avoir le dictionnaire à vos côtés (et c’est tant mieux !), soit vous ne souhaitez pas sacrifier votre plaisir de la lecture (et c’est bien compréhensible !), auquel cas je vous conseille de ne chercher que les mots qui empêchent vraiment la compréhension de l’histoire ;

La lecture ne doit pas devenir un labeur : faites en sorte qu’elle reste ou qu’elle devienne un plaisir !

 

Après la lecture

De nombreuses activités permettent de prolonger et de renforcer la réflexion sur l’oeuvre. En voici quelques-unes :

Votre avis sur le livre : par oral ou par écrit, tentez de formuler ce qui vous a plu ou non dans le livre. Votre avis peut être contrasté et peut s’appuyer sur différents critères. Posez-vous ces deux questions : "Qu’ai-je apprécié et moins apprécié dans ce livre ?" et "Quels sont les différents intérêts de ce livre ?" Pour donner votre avis sur Les enfants de Timpelbach, des pistes de travail vous sont données à la séance 7, dans le dossier d’accompagnement situé à la fin du livre.

Votre niveau de compréhension : avec un camarade (ou un adulte), préparez chacun un questionnaire de dix à vingt questions puis échangez-le vous. Chacun fait le questionnaire de l’autre. Ensuite corrigez et notez votre camarade, en lui expliquant votre point de vue ; inversement il vous corrige de la même façon. Bien évidemment, lorsque vous faites votre questionnaire, vous devez connaître les réponses à vos propres questions !

Un résumé de l’oeuvre : à l’aide de vos résumés des chapitres, rédigez un résumé de l’ensemble de l’oeuvre, pour garder en mémoire les différentes étapes du récit.

Un article de critique littéraire ou un compte rendu de lecture : vous pouvez parfaitement écrire un article et le soumettre au journal du collège... le moyen pour vous d’avoir enfin votre mot à dire sur les livres !

 

Pour conclure

La lecture est avant tout un moment où on est SEUL face au livre et LIBRE. Ces méthodes ne sont que des conseils pratiques que vous pouvez adopter ou non, modifier, adapter à votre façon de procéder. Pensez avant tout à pouvoir apprécier le récit en tant que moyen de s’évader sans risque et à bon prix, à l’époque qu’on veut et dans n’importe quel endroit, même imaginaire !

Par conséquent, si quelques-un(e)s d’entre vous ont des "petits trucs", des conseils ou des méthodes à nous communiquer en ce qui concerne la lecture d’un récit, laissez un commentaire pour que tout le monde en profite !

1 vote. Moyenne 2.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site