Astuces pour réussir sa dissertation en Histoire-Géographie au Bac

 Quelques dispositions pour réussir sa dissertation en Histoire-Géographie

 

1. Par convention

o N'écrivez pas votre copie à la 1ère personne du singulier - le "nous" est préférable.

o N'écrivez pas l'Histoire au futur - X ne va pas faire ; il a fait.

o Évitez l'emploi du "on".

o Faites un plan en 2 ou 3 parties ; jamais plus.

 

2. De l’ introduction

o Faites toujours l'analyse grammaticale de l'énoncé pour y repérer le "sujet".

 o Faites la distinction entre une introduction (exposé du sujet et annonce de ce que l'auteur de la copie envisage de faire" et un chapeau journalistique (résumé des idées saillantes de l'article placé en tête de celui-ci pour capter l'attention des lecteurs).

o La problématisation correspond à la reformulation du sujet. Si l'énoncé n'est pas déjà sous cette forme, il suffit de le reprendre en le mettant en mode interrogatif. Pour ne pas commettre d'erreur, le mieux est de s'efforcer de prendre le mot sujet grammatical de l'énoncé comme sujet grammatical de sa reformulation.

o Évitez d'annoncer votre plan sous la forme de questions. Le lecteur n'a, le plus souvent, plus moyen de distinguer celles qui définissent les parties du devoir de celle qui reformule le sujet ou la problématique. La multiplication des questions en introduction alourdit le style. Il suffit seulement d'expliquer selon quelle logique ou progression vous entendez procéder. La seule difficulté consiste à éviter les formules lourdes, à réussir une annonce de qualité littéraire. Il faudra donc éviter les "dans une première partie, etc.". Il n'y a pas de recette miracle, seulement un style à éviter.

 

3. Du plan

o Le travail sur le plan doit occuper (environ) le tiers du temps de l'épreuve, soit 1h 15 à 1h 30 pour une composition de 4 heures. Plus un plan est détaillé, plus il est facile à rédiger (en réalité, cela revient à de mettre des phrases autour des notes mises en ordre dans le plan).

o Utilisez 1 feuille de brouillon par partie sur son seul recto. Cela vous permettra de visualiser l'ensemble du devoir d'un seul coup d'œil.

o Construisez votre plan "par tiroirs" : d'abord les 2 ou 3 grandes parties ; puis les parties de chaque partie ; puis les sous parties de chaque partie ; enfin les exemples pour chaque sous partie... etc. Cela vous évitera de vous laisser surprendre par le temps et d'avoir une 1ère partie très bien construite mais pas la dernière, celle sur laquelle l'impression finale du correcteur se fera.

o Dans le détail, variez les types de plan. Ne faites jamais des sous parties thématiques dans un plan thématique ; moins encore des chronologiques dans un plan du même type. Ce travers conduit au devoir catalogue.

o Dans un plan antithétique, faites bien attention dans l'antithèse à ne pas affirmer le contraire de ce qui a été dit en thèse. L'antithèse se place sur un autre plan que la thèse, le détail du plan se construit donc autour de thèmes différents ; veillez donc à ne pas choisir les mêmes thèmes dans chacune des parties.

o N'hésitez pas à utiliser le mot sujet de l'énoncé pour titrer vos parties.

o Dans tout le devoir, évitez d'utiliser le mot qui sera au cœur de votre conclusion. Sachez ménager le suspense, obliger votre lecteur à vous lire avec intérêt jusqu'à la dernière ligne.

 

4. De l’aération du devoir

o Sautez deux (2) lignes entre d’une part l’introduction et le développement et d’autre part le développement et la conclusion.

o Faire des paragraphes (qui correspondent aux principales idées directrices soutenant l’idée maîtresse de la partie). Mais attention : inutile de mettre des titres à vos parties.

o Sautez une ligne entre la première et la deuxième partie et (lorsque le devoir se traite en trois parties) la deuxième et la troisième.

 

5. Des types de sujets et types de plan

o Le plan chronologique s'impose quand le sujet propose une longue durée historique (plus de dix ans) et qu'une évolution est à mettre en valeur. Exemple : la guerre froide de 1947 à 1962.

o Le plan antithétique est souvent à privilégier quand l'énoncé se présente sous la forme interrogative. Exemple : l'industrie américaine est-elle hégémonique ?

o Dans 80% des cas, le F.C.C. convient bien aux devoirs de géographie Exemple pour l'agriculture américaine.

 

6. Des mots de liaison et des formules familières

o Fabriquer un petit répertoire de mots de coordinations (ça vous servira pour le français, la philosophie, etc.). Rien de plus énervant que les copies où s’enchaînent les "de plus … de plus … de plus".

o Le langage parlé et "le clin d'œil" au correcteur, les formules qui se veulent choc ou spirituelles. C'est souvent maladroit, parfois déplacé. Chercher l'originalité au bac est rarement payant. D'abord parce que ce que vous croyez original l'est peut-être pour vous, mais l'est rarement pour le correcteur qui en a vu d'autres et qui parfois connaît déjà votre mot d'esprit ; en outre, la recherche d'originalité est souvent interprétée comme de la prétention de la part du candidat. Nombre de correcteurs s'en agace. Vous ne connaissez pas votre lecteur, vous ignorez tout de son caractère, de son sens ou non de l'humour, de ses convictions personnelles.

 

7. De la calligraphie et de l’orthographe

o Soyez lisible. Évitez les ratures, surtout celles qui voudraient masquer une ignorance. Le correcteur n'est jamais dupe.

o Ne négligez pas l’orthographe sous prétexte que le devoir n'est pas de Français. Tout excès dans ce domaine peut coûter un point sur 20 à l'arrivée (que le correcteur le retire délibérément de sa note finale ou qu'il arrondisse celle-ci au demi-point inférieur plutôt que supérieur). J'ai vu des correcteurs retirer 2 points à des copies d'histoire géo du bac ! A ce tarif là, c'est souvent la moyenne qui se joue !

 

8. Des transitions

o Placées entre deux parties du devoir, elles sont essentielles. Elles sont le moment où le candidat rappelle à son lecteur le sujet sur lequel il travaille et les conclusions (provisoires) auxquelles il parvient. La seule lecture des transitions doit permettre au correcteur/lecteur de comprendre l'ensemble du raisonnement du candidat.

o La transition est une phrase en deux temps : sur le thème de la partie, elle apporte une conclusion provisoire au sujet ; puis annonce la partie qui va suivre.

o Dans la transition, il est bien de retrouver le mot sujet (ici "relations"), une conclusion provisoire (le caractère x), une question qui rappelle celle posée dans l'introduction de la dissertation.

 

9. De la conclusion

o Ecrire sa conclusion après avoir rédigé son introduction et son plan détaillé.

o Confirmer sa conclusion : ultime vérification avant de passer à la rédaction de la composition, la conclusion. Relire ce que vous avez prévu au début de l'épreuve et y ajouter les nuances que le travail de construction peut avoir conduit à se remémorer.

o La C'est également le moment de prévoir une "ouverture", laquelle n'est jamais que la formulation d'une nouvelle problématique telle qu'elle peut découler de la conclusion à laquelle vous êtes arrivé.

4 votes. Moyenne 3.75 sur 5.

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site