L'Union européeenne

L’UNION EUROPEENNE

(par le Professeur Darius ENGUENGH)

 

L'Union Européenne constitue un marché de presque 500 millions d'habitants. C'est un pôle économique qui assure 40% du commerce international et qui représente l'un des pôles de la Triade.

Quels sont les éléments permettant d'évaluer la puissance économique de l'UE? La construction européenne a-t-elle réellement permis d'harmoniser les niveaux de vie en Europe? Existe-t-il une véritable politique économique européenne? L'Europe est elle une puissance majeure ou une puissance imparfaite?

 

I. UNE UNION D'ETATS ECONOMIQUES DYNAMIQUES

I.1: La puissance économique et commerciale de l'Union Européenne

L'UE est à la fois une grande puissance agricole et industrielle et une économie de services de haut niveau.

• L'agriculture européenne est productiviste, ce qui veut dire qu'elle est intensive puisqu'elle obtient les rendements parmi les plus élevés du monde. Mais l'agriculture ne représente que 2% du PIB. Ses progrès sont liés à la PAC et l'UE assure son autosuffisance alimentaire et est présente sur le marché international des produits agricoles.

• L'industrie européenne est la première du monde avec celle des Etats-Unis et représente 21% de la production mondiale. Elle couvre une large gamme de productions: traditionnelles comme l'agro-alimentaire et le luxe et les nouvelles comme l'électronique , l'automobile et les matériels de transport, le pétrole et la chimie, grâce à des efforts constants de modernisation et de restructuration.

• Dans le domaine des services , l'Union présente un dynamisme conquérant , révélateur de la modernité de son économie : à côté des transports, du tourisme et du commerce, banques et assurances jouent un rôle croissant. Ce secteur représente 70,5% du PIB communautaire.

L'Europe est le continent le plus ouvert et donc le plus profondément inséré dans les échanges internationaux, ce qui en fait la première puissance commerciale du monde.

• L'Union assure 39,4% du commerce mondial de marchandises loin devant les Etats-Unis avec 18%. Cette puissance s'explique par l'intensité exceptionnelle des échanges intracommunautaires . Les produits manufacturés représentent plus des 2/3 du commerce des marchandises de l'UE, exportatrice nette grâce à la chimie et à l'automobile.

• Ses principaux partenaires commerciaux sont les pays industrialisés, notamment l'Amérique du Nord, vers laquelle les exportations européennes sont massives et les économies émergentes d'Asie avec lesquelles l'Union est déficitaire.

• L'Union occupe la première place dans les échanges internationaux de services (25%) devant les Etats-Unis (22%). L'Europe reçoit 41% du total des touristes du monde et est donc la première destination touristique . La France, L'Italie , l'Espagne et la Grèce suffisent à l'expliquer.

• Les bourses européennes jouent un rôle majeur dans le paysage financier mondial, au premier chef Londres première place d'affaires internationales de la planète, devant New York qui reste dominée par des intérêts américains.

Les entreprises européennes sont parmi les plus dynamiques et les plus importantes du monde.

• Les entreprises ont délocalisé leur production vers des pays à coûts salariaux faibles ou sur des marchés à conquérir. Elles sont présentes dans le monde entier. Elles ne sont pas comparables aux firmes américaines mais il y a une vraie progression par l'acquisition d'entreprises étrangères. Ainsi des groupes planétaires ont vu le jour : Ex Renault-Nissan-Samsung-Dacia.

• L'UE est premier pôle mondial d'accueil et d'émission des investissements. Les FMN perçoivent l'UE comme une région stable politiquement et offrant un grand marché de 500 millions de consommateurs. En 2005 45% des IDE dans le monde ont eu l'Europe comme destination contre 11% pour les Etats-Unis et 8% pour la Chine. Le Royaume-Uni, la France, les Pays-Bas et l'Allemagne sont loin devant.

• Le marché boursier européen est attractif surtout depuis 2000 où les bourses de Paris, Amsterdam, Bruxelles et Lisbonne ont fusionné dans Euronext. 80% des transactions annuelles à la bourse de Paris sont réalisées par des investisseurs étrangers.

1.2: Les fondements de la puissance économique de l'UE

L'économie d'échanges s'est développée en Europe dès le Moyen Age et avec les Grandes découvertes elle s'est étendue au monde entier. Les pays européens sont aujourd'hui les plus ouverts du monde.

• L'Europe a su accumuler savoir faire et capacités techniques et financières grâce aux révolutions agricoles et industrielles. Elle a surtout été capable de passer à une économie moderne largement dominée par les services tout en restant productive.

• En 1992 le traité de Maastricht, en instituant l'Union Européenne renforce l'intégration en posant le principe d'un marché unique. Chaque nouvelle adhésion offre également de nouveaux débouchés pour les entreprises des pays membres.

• La libre circulation des hommes est assurée par la disparition des contrôles aux frontières entre les pays de l'Union ayant signé les accords de Schengen.

• La libre circulation des marchandises profite de l'harmonisation progressive des normes sanitaires ou de sécurité à l'échelle de l'UE. Un titre de transport unique permet aux poids lourds de circuler entre les pays de l'union sans être contrôlés à chaque frontière.

• La libre circulation des capitaux favorise les flux d'investissements d'un pays à l'autre et donne l'impulsion à la croissance des marchés boursiers européens.

Si la construction européenne a permis l'ouverture des frontières et la libre circulation elle s'est aussi fondée sur le respect de la libre concurrence.

• La concurrence a stimulé l'innovation et a fait baisser les prix.

• Pour faire que cette concurrence soit la plus parfaite possible, la commission européenne a pour charge de veiller à ce que ne se constituent pas de cartels ou des abus de position dominante. Ex: en 2007 elle a confirmé une amende de 500 millions d'euros à l'entreprise américaine Microsoft pour avoir empêché ses concurrents de placer leurs logiciels sur son système d'exploitation.

• La commission surveille aussi les opérations de fusion-acquisition pour éviter toute position dominante au sein du marché unique. Et de la même façon elle contrôle les aides des états aux entreprises qui viendraient fausser la concurrence.

L'Euro favorise t-il la croissance économique?

• Le traité de Maastricht a permis de construire l'Europe monétaire puisqu'en 2002 12 pays sur 15 se sont dotés d'une monnaie unique: l'Euro. La Slovénie en 2007 puis Malte et Chypre en 2008 s'y sont rajoutés. Le but de la zone euro est de faciliter les échanges puisque les frais de change sont supprimés.

• La politique monétaire est assurée par la banque centrale européenne dont le rôle premier est de garantir la stabilité des prix afin de lutter contre l'inflation. En voulant un euro fort, le reproche fait habituellement est que les exportations hors d'Europe sont pénalisées par rapport à des importations libellées en dollars.

• Par contre l'euro en étant fort a atténué en Europe le 3ème choc pétrolier puisque le pétrole est payé en dollars.

• Il faudrait cependant que l'euro prenne une part plus importante que les 15% qu'il représente dans le commerce mondial.

Du fait de sa richesse, l'Union européenne présente une forte densité de réseaux de transports modernes et rapides.

• Ils desservent les grandes régions urbaines de l'ouest de l'Union mais ils s'étendent aux régions plus périphériques et à tous les nouveaux états. L'espace communautaire est donc très accessible ce qui est un atout pour les entreprises comme pour les touristes.

• Si l'essentiel du trafic interne reste terrestre ( route, fer) les grands ports et les aéroports internationaux sont des interfaces performantes avec le reste du monde et figurent parmi les plus fréquentés du monde (port de Rotterdam, aéroports de Londres). Les aéroports européens concentrent 26% du trafic mondial de voyageurs.

1.3 : L’influence politique et culturelle de l’UE :

L’Europe a un puissant rayonnement culturel.

• Historiquement, le continent européen est le point de départ de l’occidentalisation du monde. Les grandes découvertes puis la colonisation ont implanté durablement les langues, le christianisme mais aussi certains concepts comme la démocratie et l’Etat-nation en Afrique, en Amérique et en Asie.

• Le capitalisme , axe moteur de la mondialisation , a été mis en œuvre dans l’espace européen.

• L’Anglais, l’espagnol, le portugais et le français figurent parmi les 10 langues les plus parlées du monde.

• Les relations avec les anciennes colonies se poursuivent dans le cadre de la francophonie, du commonwealth, de l’organisation des états ibéro-américains.

• L’occidentalisation du monde se poursuit à travers des exportations à forte dimension culturelle tels les produits de luxe et le vin, ainsi qu’à travers l’attractivité touristique, les manifestations internationales prestigieuses comme les festivals de Cannes ou de Venise.

L’Union européenne cherche à s’affirmer en tant qu’acteur majeur sur la scène politique internationale, notamment face aux Etats-Unis.

• Dans ce but elle élabore une politique étrangère et de sécurité commune ( PESC) conduite par un haut représentant, et établit les bases d’une politique européenne de défense ( PED).

• Son intervention politique est notable dans le conflit israélien-palestinien ou la crise du nucléaire iranien.

• Des forces européennes interviennent désormais sur le terrain : dans les Balkans en 2003-2004, en République démocratique du Congo. L’aide humanitaire d’urgence constitue aussi un moyen important pour elle d’affirmer sa présence internationale.

• L’influence de l’UE s’exerce aussi grâce à des partenariats stratégiques : depuis 1970 ce sont les liens avec les pays ACP et depuis 1990 c’est la politique de voisinage avec les pays méditerranéens et la Russie. Des accords existent aussi avec l’Asie et le Mercosur.

• Les pays de l’UE sont les premiers contributeurs de l’aide publique au développement ( 60%)

• La construction européenne constitue un modèle d’intégration régionale unique au monde et l’Union européenne fournit un modèle de relations internationales fondé sur le multilatéralisme et le compromis, « le soft power ».

 

2 : UNE PUISSANCE INEGALE ET INCOMPLETE :

2.1 : Les pôles dynamiques de l’Union européenne

Les métropoles et l’Europe rhénane sont au cœur de la puissance européenne

• Londres et paris appartiennent au groupe restreint des métropoles mondiales qui concentrent pouvoir économique, politique et culturel. Ces pôles majeurs accueillent les nombreux sièges sociaux des multinationales européennes et internationales. Ce sont des foyers culturels anciens, historiques, hauts lieux du tourisme international.

• Londres et Paris contrôlent des régions urbaines multimillionnaires et concentrent une forte densité de réseaux de transports modernes et des aéroports internationaux.

• L’Europe rhénane relie la Mer du Nord à la Méditerranée , est transnationale et est le moteur de l’économie communautaire, et la dorsale démographique de l’Europe. Par contre elle ne couvre qu’un nombre limité de régions.

• L’Italie du Nord, la Bavière, le sud de la Scandinavie sont de riches régions agricoles et sont polarisées par de grands centres industriels. Ce sont donc des foyers de dynamisme complémentaires .

• Les régions touristiques ( la Méditerranée) ou d’industrialisation récente ( l’Irlande) attirent les touristes et les investissements internationaux. Elles sont bien reliées par les aéroports et les autoroutes.

• Les régions industrielles anciennes comme le Nord de la France ou l’Ecosse s’appuient sur leur population nombreuse , sur leurs métropoles et leur savoir-faire.

• Les régions spécialisées dans l’agriculture d’exportation intensive et productiviste ( Bassin Parisien, Bretagne, Andalousie) sont des foyers de dynamisme.

2.2 : Les périphéries de l’Union Européenne :

• Les pays d’Europe centrale et orientale sont membres de l’UE mais n’ont pas terminé leur transition à une économie de marché. Leurs structures industrielles et agricoles ont des retards à combler. L’afflux des capitaux étrangers et leur intégration dans l’UE les aident beaucoup.

• La politique commune de réduction des inégalités régionales avec la construction d’infrastructures va favoriser les échanges au sein de l’UE.

• Mais cette intégration reste inégale : la Slovanie, la république Tchèque, la Pologne et la Hongrie sont plus ouverts et devancent la Slovaquie ou la Roumanie et la Bulgarie.

• Certaines périphéries qui ont des contraintes naturelles comme le froid ou les pentes fortes ont connu un fort exode rural et un déclin économique. Ex : massif central en France ou le sud italien. Le tourisme y est diffus et elles comptent sur quelques stations de ski ou sur un retour à une agriculture plus traditionnelle et biologique pour survivre.

• Elles sont dépendants d’activités très particulières mais qui peuvent être fragiles comme l’aquaculture ( fermes d’élevage de saumon en Ecosse) ou l’exploitation forestière en Scandinavie.

• Les départements et régions français d’Outre-Mer constituent les régions ultrapériphériques de l’UE et se caractérisent par un taux de chômage très élevé.

2.3 : Des critères de puissance incomplets

L’Europe a une capacité d’innovation insuffisante, et souffre de graves problèmes de société, ce qui met le modèle européen en question.

• L’Europe , ancienne puissance de la révolution industrielle, peine à élever son effort de recherche au niveau de celui des Etats-Unis et du Japon, notamment en matière de haute technologie. La recherche s’oriente toujours vers les secteurs traditionnels de l’industrie et délaissent les technologies de l’information et de la communication. Seule exception : Nokia en Finlande.

• L’UE reste en position d’infériorité politique et militaire vis-à-vis de la superpuissance américaine. Sa politique de défense n’en est qu’au tout début et les états membres sont trop souvent en désaccord.

• La dépendance de l’Europe est notable dans le domaine de l’énergie et des matières premières.

• L’UE souffre d’un vieillissement démographique avec pour conséquences, l’augmentation des dépenses de santé, le financement des retraites, la baisse de la consommation. L’immigration est la première source de croissance démographique.

• Depuis 1970 le chômage reflète les difficultés structurelles de l’économie de l’Europe. Avec 23% de diplômés du supérieur , la population active communautaire est moins qualifiée que celle des Etats-Unis ( 39%).

• Le modèle européen est fondé sur un libéralisme tempéré où l’état peut encore intervenir est remis en cause par l’ultralibéralisme américain. Il faut que l’UE affirme sa puissance face au concurrent américain et défende son modèle et ses politiques comme la PAC à l’OMC, ce qui est de plus en plus difficile.

2 votes. Moyenne 3.50 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×