Les révolutions russes

Les révolutions russes

 

Introduction :

La Révolution russe de 1917 a une importance comparable à celle de la Révolution française de 1789. Pour la première fois, des socialistes s’emparent du pouvoir dans un pays. Bouleversant l’ancien régime économique, social et politique de la Russie, Lennine et ses partisans entreprennent la construction d’un Etat socialiste, en se fondant sur les théories définies par Karl Marx cinquante ans plus tôt.

 

I. l’ Empire en crise.

En 1914, l’immense empire russe (22 millions de kilomètres carrés pour 170 millions d’habitants) est apparemment très puissant. En réalité, il connaît de graves difficultés.

• La situation économique et sociale n’est guère brillante. Du point de vue agricole, des chiffres importants de production et d’exportation (blé notamment) cachent une situation retardaire : techniques rudimentaires, rendements médiocres, et surtout condition déplorable de la paysannerie qui forme les ¾ de la population. Si le servage a été aboli (en 1861), la masse des moujiks (paysan généralement très pauvre et illéttré) reste exploitée par de grands propriétaires nobles, les Koulak.

Du point de vue industriel, la Russie reste très en retard sur l’Europe occidentale : elle ne compte alors que 5 millions d’ouvriers. L’ industrie, récente et dominée par le capital étranger (français, anglais, allemand…), est concentrée en quelques grands centres. Des conditions de travail très dures facilitent le développement des idées révolutionnaires. La classe moyenne ( fonctionnaires, commerçants, industriels), très peu nombreuse, aspire à jouer un rôle politique, mais elle se heurte à l’autoritarisme du Tsar.

• La situation politique n’est pas moins troublée. Le mécontement est très grand dans les classes populaires et chez les populations non – russes, fréquemment persécutées. L’opposition est vive, mais elle est divisée en deux courants :

- un courant libéral et réformateur ;

- un courant révolutionnaire (dont les Mencheviks et les Bolcheviks).

• La guerre accentue encore les mécontements : les défaites accroissent le mécontement dans les villes mal ravitaillées et dans l’armée les désertions se multiplient. Grèves et manifestations se développent à partir de l’automne 1916.

 

II. La révolution de février

Au début de 1917, le mouvement devient insurrectionnel. Des soviets (conseil de délégués ouvriers, paysans et soldats) se constituent dans toutes les grandes villes. En quelques jours, à la suite de grèves et d’émeutes populaires dans la

capitale impériale Pétrograd ( Saint – Pétersbourg avant 1914), l’Empire s’effondre. Le 15 mars 1917, Nicolas II abdique.

Un gouvernement provisoire formé de libéraux et de socialistes modérés comme Kerenski, s’efforce de gouverner le pays. Mais la situation économique et sociale se dégrade, d’autant plus que le gouvernement décide de poursuivre la guerre contre l’Allemagne. Vladir Ilitch Oulianov alias Lénine, arrivé en Russie au mois d’avril, réclame au contraire « la paix, la terre aux paysans, le pouvoir aux soviets ». Sous son impulsion, les bolcheviks préparent l’insurrection.

 

III. La Révolution d’octobre

Dans la nuit du 6 au 7 novembre 1917, les bolcheviks (ouvriers en majorité, mais aussi de nombreux soldats et marins ralliés à la Révolution) occupent pratiquement sans résistance les points stratégiques de Pétrogab. Kerenski, chef du gouvernement provisoire, s’enfuit.

Le 7 novembre au soir, le congrès des soviets de Russie confie le pouvoir à un Conseil des commissaires du peuple présidé par Lénine. La Russie se retire de la guerre après l’armistice, puis le traité de paix de Brest – Litovsk ( décembre 1917 et mars 1917) ; le gouvernement bolchévique présidé par Lénine prend des mesures autoritaires. Les terres des grands propriétaires sont confisquées au profit des soviets de paysans tandis que les soviets d’ouvriers contrôlent les usines. Pour ravitailler les villes et l’armée, les récoltes sont réquisitionnées. Trosky, Commissaire à la guerre, impose une discipline rigoureuse à l’Armée rouge qui combat les armées « blanches » contre – révolutionnaires soutenues par les Alliés européens.

 

Conclusion :

A la suite de deux révolutions l’empire de Russie a cedé la place à la Russie bolchevik. Le nouveau gouvernement prend rapidement une série de mesures qui transforment radicalement les structures économiques, sociales et politiques. La révolution bolchévique d’octobre 1917 a été porteuse d’un immense espoir pour tous les socialistes. Mais elle a aussi beaucoup d’adversaires à l’intérieur du pays. Pendant plusieurs années, Lénine va devoir les combattre tout en tendant de reconstruire un pays dévasté par la Première Guerre mondiale, puis civile.

1 vote. Moyenne 2.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site