Histoire de port-Gentil

Fondation de Port-Gentil

(Source: http://www.mandji.net/histoire.shtml)

 

Découverte et peuplement de Port-Gentil

La tradition orale orungu attribue la découverte de l'île de Mandji au clan des Avandji. Mandji est le nom myènè pour désigner l'iroko (Chlorophora excelsa). En effet il y en avaient beaucoup sur l'île, qui étaient si grands que l'on pouvait les apercevoir autrefois du large et qui servaient de point de repère aux navigateurs.

D'après la tradition orale, au cours de leur migration depuis l'intérieur du pays, les Orungu vont cohabiter avec d'autres ethnies, notamment les Pygmées qui seront leurs guides. Bèndjè était le "grand docteur" pygmée1 qui guida les Orungu jusqu'à la mer, d'où le nom qui désigne celle-ci : Eliwa Bèndjè, c'est à dire, le lac de Bèndjè2. Il est probable que les Orungu atteignirent la côte vers la fin du XVe siècle. Au cours de leur migration ils vont changer plusieurs fois de nom : à l'origine Ombèkè Mombè, ils s'auto-nommèrent après leur victoire sur les Adjumba Dondo (du verbe -dondwa : s'élever), puis furent nommer Orungu (c'est à dire, ceux qui tiennent des conciliabules). Ils trouveront donc des Pygmées sur la côte, et également des Adjumba (clan mpongwè) que les Mitshogo et les Kombe avaient précédé (Ayaminè-Anguilet, 2004 : 54). Les Kombe ou les Adjumba, depuis plus longtemps sur la côte et qui avaient depuis longtemps maîtrisé les techniques de navigation les transmirent aux Orungu. Ils reprirent cependant leur migration par la mer, vers le Nord (Guinée équatoriale) pour fuir leurs voisins Orungu trop belliqueux (Ayaminè-Anguilet, 2004 : 54). Idem pour les Adjumba qui après avoir perdu la guerre Orungu-Adjumba, se réfugièrent dans la région de Lambaréné.

Il faut noter que d'après les données archéologiques l'île Mandji ainsi que tout le littoral gabonais étaient habités au moins dès le Néolithique Récent, c'est à dire vers 500 BC3. Les traditions orales cependant ne gardent aucune trace de ce peuplement ancien, et nous ignorons qui étaient ces villageois.

 

Les Européens "découvrent" Port-Gentil

Les Portugais furent les premiers Européens à découvrir l'île du cap Lopez (île Mandji) à la fin du XVe siècle. Située à l'embouchure du fleuve Ogooué, Port-Gentil est très tôt considérée comme une région de contact, un carrefour, une porte d'entrée par où transitaient les marchandises en provenance de l'intérieur vers l'Europe, et les marchandises en provenance d'Europe.

Le 1er juin 1862, par l'entremise du roi Denis Rapontchombo, le roi orungu Ndébulia (1862-1865) signe avec la France, représentée par le Baron Didelot, le traité du Cap Lopez et du Nazaré, qui donne à la France le contrôle du territoire englobant la frange littorale allant de l'Orembogange à la Pointe Liayé. En 1873, le chef Nyanguényona céda l'île Mandji aux Français. Celle-ci à l'époque abritait quelques villages (Mandji, Ntchènguè, Kossou, Owangaliè, Alugubuna et Ikézè). Les Français commencèrent à s'y installer en 1880 et y créèrent le Poste du cap Lopez.

En 1886, le poste comportait 18 hangars, une douane et deux magasins. Il végéta pendant quelques années, face à la concurrence d'autres villes. Cependant, peu à peu des maisons de commerce anglaises, allemandes et françaises s'installèrent (John Holt, Hatton & Cookson, Woermann, Daumas...).

En 1915, par arrêté administratif, le poste fut nommé Port-Gentil, en hommage à Emile Gentil, gouverneur général de l'AEF. La ville commença à se développer vers le début des années trente.

3 votes. Moyenne 3.33 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×