La Migration fang revisitée à travers un chant de "gaule"

La Migration Fang revisitée à travers un chant de la danse « gaule »

(Source : http://monefang.com/ewunku/ebolaza/autre/autre.html)

 

Dans ce chant de gaulle, une version de la migration fang, relatée telle qu'elle a toujours été transmise oralement, de génération en génération. Comme tout bon griot, la cantatrice y ajoute des faits... d'actualité. Lisons!

 

Ô ä bininga ! bininga !

Ô bie bà ! bie bà ! bie bà !

Ô ä bininga ! bininga !

Ô bie bà ! bie bà ! bie bà !

Eyong mia yebe « bie ba », égne mia koulou vé ?

Egne bi nga sò ézen Odzamboga: be mvàmà, be tara, be nana… ä bobedzang ma dzo nä égne bi nga sò wéy. Bi ba!

Egne mia sò vé? Egne mia koulou vé?

Egne bi nga sò ézen Odzamboga: be mvàmà, be tara, be nana… ä bobedzang ma dzo nä égne bi nga sò wéy. Bi ba!

Eyong mia sò é dzâ Odzamboga, égne mi nga woulou nà?

Nghî égne a nga sò a ovône, ane a nga ke bôk adzap, ane bi nga kui adzap-ozang, (ma dzo nâ) bi siane éwome-mäng. Bie bà !

Zà egne a nga sò a ovône? Egne mi nga lôr nà?

Nghî égne a nga sò a ovône, ane a nga ke bôk adzap, ane bi nga kui adzap-ozang, (ma dzo nâ) bi siane éwome-mäng. Bie bà !

Eyong mi sianeyang éwome-mäng, ane mi nga bo nà?

Ane bi nga ke dang ndzang, ane bi nga yén na kône, égne ba loè ntang’ane, egne ba loè “n’yem-mame”. N’yem-mame a toè ya bia o dzibi-si, a téléya bia éndendang. Bie bà !

Egne mi nga dang vé-vane ? Egne mi nga dang nà ?

Ane bi nga ke dang ndzang, ane bi nga yén na kône, égne ba loè ntang’ane, egne ba loè “n’yem-mame”. N’yem-mame a toè ya bia o dzibi-si, a téléya bia éndendang. Bie bà !

Ma sili na éyong mia sò dzâ Odzamboga, za nkòbò mia zou mia kòbò ?

Bi nga ko-kòbò ‘ntën’, ya ‘bekpwélé’, ya fang y’Odzamboga. Bie bà !

Za akele mia zou mia kele ? Za akele mia zou mia kele?

Bi nga ko-kòbò ‘ntën’ ya ‘bekpwélé’ ya fang y’Odzamboga. Bie bà !

Eyong mia sò dzâ Odzamboga, za dzôm mia zou mia dzi ?

Ane bi nga dzidzi mendòk ya medzap, ya mebãm y’a mefane. Bie bà !

Dzé mi nga zou mia dzi ? Dzi mi nga zou mia dzi ?

bi nga dzidzi mendòk ya medzap, ya mebãm y’a mefane. Bie bà !

Ma dzo na ye mi ngã bele éto(p) ? Dzé mi nga zou mia boat ?

Ane bi nga boboat oshüi ya okhông, ya zëng ya mefane. Bie bà !

Ye mi nga bele éto(p) ? Dzi mi nga zou mia boat ?

bi nga boboat oshüi ya okhông, ya zëng ya mefane. Bie bà !

Ye mi nga woulou o dzibi-si ? Ane ye mi nga bele élâm ?

Ane bi nga yéyéne a otoû ya bibè, ya akôm ya mefane. Bie bà !

Dzé mi nga yéne ya dzò ? Â nane ! ye mi ngã bele élâm ?

Ane bi nga yéyéne a otoû ya bibè, ya akôm ya mefane. Bie bà !

Ma dzo na ye mi nga dzi betsït ? Ye mi ngã dzi koass ?

Bi nga dzidzi betsït ya koass, ya anoane ya mefane. Bie bà!

Ye mi nga dzi betsït ? A nane! Ye mi nga dzi koass?

Bi nga dzidzi betsït ya koass, ya anoane ya mefane. Bie bà!

Eyong mia sò e dzâ Odzamboga, ye mi nga bele zame? Za mi nga zou mia woumou?

Be zame be mbe bi(a) mevole menyi: zame mbo’o ……………Ngäle-Nghî, zame mbo’o: N'nôme-Nghî. Ebë bi nga zou bia woumou. Bie bà!

Be zame be mbë mina mevol tang nà? Za mia zou mia kâng?

Be zame be mbe bi(a) mevole menyi: zame mbo’o ……………Ngâle-Nghî, zame mbo’o: N'nôme-Nghî. Ebë bi nga zou bia woumou. Bie bà!

Eyong mi nga sò é dzâ Odzamboga, é boane mi nga bè Odzamboga, minâme mi nga tobe Odzamboga… ane mi nga yô mi zà?

Abong bi nga sò Odzamboga, ane bi nga ke tobe “Eyang”. Éboane be nga biale vâle, ébe bi nga yô b’Eyãng. A kore bi nga kore vale, ane bi nga ke tobe Ndông-nköl; éboane be nga biale val, ébe bi nga yô be Ndông. Akore bi nga kore vale, ane bi nga mane tsamlane; éboane be nga biale vale, ébe bi ngayô bã Atsame. Akore bi nga kore vale, ane bi nga ke woule nkôt. Nkôt: biyïe mendzim. A temtem nâ “oshui”! Ane bi nga yô we ne “Ntëm”. Ntëm té éwe bia tong mebotông. Bie bà!

Eyong mi tele vadzinà, â Nâ, ye mi nghene mia gnîng nàle?

Bi se fe bia gnîng nàle! Bi koreya édjuè Douma-Nda-Mbore, bi kuya édzuè Pétain, bikoreya édjuè Pétain….

 

Essai de traduction (sans les répétitions d’usage)

Ohé les femmes !

Nous voici !

Qd vs répondez « ns voici », d’où sortez vous ?

Nous venons d’Odzamboga. Nos grands-parents, nos pères, nos mères. Mes frères, je dis que c’est de là-bas que nous sommes venus ! Nous voici !

Quand vous êtes venus du site d’Odzamboga, comment êtes vous passés ?

C’est Nghî qui apporta une hache, puis perça le grand arbre, et nous sommes passés à travers ! pour ensuite arriver à la « presque- mer »(...marais...?)

Arrivés à la « presque-mer », qu’avez-vous fait ?

Nous avons emprunté un gué. Nous avons aperçu un fantôme. Qu’on appelle « affranchi ». Ou encore «le sage ». Le sage nous a pris des ténèbres, et nous a placés dans la lumière ! Nous voici !

Je dis…En venant de Odzamboga, quelle langue parliez vous ?

Nous parlions le langage des signes gravés, le bakwélé, et le fang d’Odzamboga. Nous voici !

Qd vous veniez d’Odzamboga, que mangiez vous ?

Nous mangions le ndok, le medzap, et l’abäm des forêts. Ns voici !

Je dis…Aviez vous des habits ? Que portiez vous ?

Nous portions du raphia, du chanvre, et des fougères des forêts. Ns voici !

Marchiez vous dans l’obscurité ? Aviez vous de l’éclairage ?

Nous nous servions(pour voir) de la résine, des bambous et des torches des forêts. Ns voici !

Je dis…mangiez vous de la viande ? Mangiez vous du poisson ?

Nous mangions du gibier, du poisson, et de la volaille des forêts. Nous voici !

Quand vous reveniez d’Odzamboga, aviez vous un dieu ?Qui vénériez vous ?

Nous avions 4 sortes de divinités : Une divinité…???L’autre divinité…??? L’autre : le Nghî femelle. L’autre : le Nghî mâle . Ce sont eux que nous vénérions. Ns voici!

En sortant d’Odzamboga, les enfants que vous avez eu d’Odzamboga, les villages que vous avez bâti, comment les avez-vous appelés ?

En quittant Odzamboga, nous sommes arrivés dans la savane. Les enfants nés là, nous les avons appelés « Eyãng ». Partant de là, nous sommes arrivés à la montagne conique. Les enfants nés là, nous les avons appelés « Ndõng ». Partant de là, nous nous sommes dispersés. Les enfants nés après, nous les avons appelés « Atsame ». Partant de là, nous avons connu la sècheresse. La sècheresse parceque nous manquions d’eau. Et soudain, un cours d’eau !! Et nous l’avons bâptisé « Ntem ». C’est ce « Ntem » dont nous suivons les affluents ! Nous voici !

Maintenant que vous êtes là, continuez vous à vivre de la même façon ?

Nous ne vivons plus de la même façon. Nous sommes sortis du règne de Douma-Nda-Mbore, pour arriver au règne de Pétain. Sortis du règne de Pétain

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site