Le Gabon dans le mouvement de décolonisation

 Le Gabon dans le mouvement de décolonisation: l'indépendance de 1960

 

Après la Seconde Guerre mondiale , un puissant mouvement de décolonisation conduit les colonies à l’indépendance et bouleverse l’ordre mondial . En moins de vingt ans , les grands empires coloniaux disparaissent .

 

1- Les causes de la décolonisation :

a- Une aspiration ancienne :

Dès 1920 , les européens ont perdu , aux yeux de leurs colonies , puissance et prestige . Au nom du droit des peuples à disposer d’eux – mêmes , les élites indigènes réclament l’independance de leurs pays : mouvement nationalistes avec Gandhi en Inde , Ho Chi Minh en Indochine , Bourguiba en Tunisie .

b- Après 1945 :

- La Deuxième Guerre mondiale a servi de révélateur au mouvement qui couvait : les colonies ont participé à la guerre et Roosevelt préconise l’indépendance . Encouragées par les USA et l’URSS , hostiles au colonialisme , et par l’ONU ( Charte des Nations Unies ) , les colonies réclament leur indépendance .

-La Conférence de Bandung en 1955 accélère le processus de décolonisation : des pays d’Afrique et d’Asie condamnent ouvertement le colonialisme . Le système colonial est définitivement ébranlé .

 

2 – Etapes et formes de la décolonisation :

a- Le mouvement se propage d’Asie en Afrique :

-La décolonisation commence en Asie : après une lutte non violente menée par Gandhi et Nehru , l’Inde obtient son indépendance en 1947 . L’Indonésie néerlandaise et l’Indochine française deviennent à indépendantes à la suite d’une lutte armée respectivement en1949 et en1954 .

-La décolonisation gagne l’Afrique du Nord : Maroc et Tunisie , protectorats français , accèdent assez rapidement à l’indépendance en 1956 , après une période de troubles . En Algérie l’indépendance ne survient qu’en 1962 , après 8 ans de guerre .

-La décolonisation s’achève en Afrique noire : au début des 1960 , à la suite des négociations entre les nationalistes et les métropoles , les colonies anglaises et françaises obtiennent leur indépendance . Seuls l’Espagne et le Portugal se maintiennent encore quelques années en Afrique malgré les affrontements ( indépendance Angola 1975 )

b- La décolonisation : deux formes :

- Par la voie pacifique , c’est l’indépendance négociée : émancipation en douceur de l’Inde , du Maroc , de la Tunisie et de la plupart des anciennes colonies d’Afrique

- Par des luttes de libération , c’est l’indépendance conquise : émancipation douloureuse , dans le sang , de l’Indochine et de l’Algérie , par exemple . La guerre d’Indochine (1946 –1954 ) se termine par les accords de Genève ; l’independance de l’Algérie intervient en 1962 , à la suite des accords d’Evian .

3 – Les problèmes des nouveaux Etats :

a- Les problèmes d’ordre politique :

La fragilité des nouveaux Etats est liée à l’absence d’expérience politique , à l’instabilité des régimes , aux conflits pour le pouvoir ( coup d’Etat , guerres ethniques ) , au caractère artificiel des frontières , à la pression des grandes puissances , aux relations nouvelles avec l’ancienne métropole . L’indépendance politique ne signifie pas toujours indépendance économique .

b- Les problèmes d’ordre économique :

L’accession à l’indépendance n’a pas réglé les problèmes des populations déplacées et des économies à reconstruire . Le développement économique reste délicat : sous – alimentation ,sous – industrialisation , chômage , maladies , sous –équipement . De profondes inégalités sociales demeurent dans ces pays en voie de développement .

 

3. L’accession à l’indépendance du Gabon

Le nationalisme africain est né des résistances populaires à la pénétration européenne et aussi de la montée d’une élite africaine formée dans les écoles coloniales , façonnée au contact du monde occidental et à sa manière de penser

Les deux guerres mondiales ont donné également aux colonies l’occasion de connaître le colonisateur sans masque impérial ni oripeaux proconsulaires . Ils se retrouvèrent dans les mêmes tranchées , manifestèrent les mêmes sentiments à l’égard de l’agresseur allemand . Au retour de la guerre, les anciens combattants commencèrent à remettre en cause le système colonial , en dénonçant publiquement les abus , grâce aux mouvements nationalistes qui prenaient droit de cité .

En 1919 , il se créa à Libreville une sous – section de la « Ligue Internationale des Droits de l’Homme et du Citoyen » , qui deviendra le fer de lance de l’émancipation des Gabonais opprimés . Ce mouvement reçut à partir de 1922 , l’appui du journal Echos gabonais qui dénonça les abus de l’autorité colonial française au Gabon .

En Afrique Noire , les principales innovations furent la création de « Conseils Représentatifs Locaux » et des « Grands Conseils d’AOF , d’AEF et du Cameroun » . La Conférence qui eut lieu à Brazzaville du 30 janvier au 8 février 1944 n’avait permis aucune avancée .

Au Gabon , le décret de la création du « Conseil Représentatif Local » chargé d’élire le délégué gabonais à l’Assemblée de l’Union Française et les conseillers de la République date de 1946 . Avait été élu président dudit Conseil un Français , Marcel Régnot . Stanislas Migolet et Paul Gondjout figuraient parmi ses membres . En 1948 , Madame Piraube devint Président du Conseil Représentatif Local . Elle deviendra en 1953 , maire de Port – Gentil .

Au Grand Conseil de l’AEF , qui siégeait à Brazzaville , le Gabon envoya en 1947 cinq représentants : Paul Flandre , Marcel Régnot , Yves Evouna , Edward Mossot et Paul Goudjout . En 1952 , y succédèrent Vincent de Paul Nyonda , Charles Bakissi , Eugène Amogo , Paul Flandre et Yves Evouna . En mai 1957 , rentrèrent Vincent de Paul Nyonda , Sossa Simawango et Charles Bakissi , Eugène Amogo et Jean – Félix M’bah .

De plus , le Gabon était représenté dans les organes centraux de l’Union Française de la façon suivante :

- A l’ Assemblée Nationale Française : dès 1946 , Jean – Hilaire Aubame succède à Félix Tchicaya qui représentait la Gabon et le Moyen – Congo au Palais Bourbon en 1945 .

- Au Conseil de la République : en 1947 on trouve deux sénateurs : Durant – Reville et Mathurin Anguillet. A la mort de ce dernier , le 3 juin 1949 , il fut remplacé par Paul Goudjout , qui siégera jusqu’en mai 1958 au Palais du Luxemburg .

- A l’Assemblée de l’Union Française : le Gabon fut représenté successivement par René – Paul Sousatte de 1947 à 1953 , et par Jean – Jacques Boucavel de 1953 à 195 .

Poursuivant son évolution , en 1952 , le « Conseil Représentatif Local » devint « Assemblée Territoriale du Gabon » et Walker Deemin dirigea cette institution comme président jusqu’en 1956 , date de l’avènement de la Loi – Cadre préparé par Gaston Deferre . Les changements introduits par cette loi furent :

- La généralisation du suffrage universel et du collège unique .

- L’élargissement des compétences des Assemblées Locales élues , qui pouvaient désormais voter des mesures exécutoires sans intervention des pouvoirs de tutelle .

- La création d’un « Conseil de Gouvernement » élu par l’Assemblée .

 

Pour consacrer les nouvelles structures issues de la Loi – Cadre , des élections furent organisées au Gabon 31 mars 1957 . Les anciens « comités électoraux » devenus par l’évolution normale des partis politique , présentèrent devant le suffrage universel trois listes aux élections : le Bloc démocratique gabonais ( BDG ) conduit par Paul Goudjout , son fondateur ; l’Union démocratique et sociale gabonaise (UDSG ) de Jean – Hilaire Aubame et une liste d’indépendants dite « D’Entente et de défense des intérêts gabonais » .

Les résultats se présentèrent de la manière suivante : UDSG ( 18 députés ) , Indépendants ( 14 députés ) , BDG ( 8 députés ) .

On pense que les leaders de l’UDSG prendre le pouvoir . Mais , il n’en fut rien . Grâce aux désistements et aux rattachements le BDG passa de 8 à 21 députés et l’UDSG de 18 à 19 . C’est ainsi que Paul Goudjout fut promu président de la nouvelle Assemblée . C’est donc, lui qui traita avec la France pour le transfert des pouvoirs avant l’entrée en scène du co – leader , Léon Mba .

En 1957 , Léon Mba , qui avait occupé le poste de maire de Libreville , fut élu par l’Assemblée Territoriale vice – président du Conseil de Gouvernement du Gabon . Digo , gouverneur du Gabon , était à la tête du Conseil de Gouvernement . Le 28 juillet 1958 , le vice – président Léon Mba devint président de ce même Conseil .

De Gaulle , revenu au pouvoir en France le 1er juin 1958 , accéléra la décolonisation . En réalité , la Loi – Cadre devenait par ce fait caduque . Le « OUI » en faveur de la « Communauté » ( au Referendum du 28 septembre 1958 ) proposée par De Gaulle , marquait un pas en avant dans le processus de la décolonisation .

Les leaders du Parti de l’unité nationale gabonaise ( PUNGA ) : René Paul Sousate et Jean – Jacques Boucavel qui n’entendaient pas que le Gabon indépendant soit encore la chasse gardée de la France militèrent pour le « NON » au Referendum . Mais , sans succès .

Le 28 novembre 1958 , d’un vote unanime des élus du peuple à l’Assemblée législative la colonie du Gabon devenait République Gabonaise , territoire autonome avec à sa tête un premier ministre , Léon Mba , nommé le 18 février 1959 . Le Conseil de gouvernement se mua en Conseil des ministres . Par ces changements , la fédération de l’AEF n’avait plus sa raison d’être . Elle éclate le 30 juin 1959 . Il appartenait désormais à chaque membre de l’AEF de guider son destin .

Le 9 février 1960 le Gabon célébra sa fête nationale , pour la première fois .

Le Gabon accéda à l’indépendance le 17 août 1960 , en présence de la délégation française conduite par André Malraux , venu transmettre le pouvoir aux autorités gabonaise . Le 12 février 1961 , le Premier ministre Léon Mba fut élu , pour 7 ans , président de la République du Gabon . Une nouvelle Constitution fut adoptée par l’Assemblée nationale le 21 février 1961 .

Un nouveau pays était né après cent vingt et un ans de colonisation (1839 – 1960 ) . Le 23 août 1960 , le Gabon était admis au sein de l’ONU comme membre : une nouvelle ère s’ouvrait .

 

 

11 votes. Moyenne 3.27 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×