Répartition de la population mondiale

LA REPARTITION DE LA POPULATION MONDIALE

 

Comment se répartissent les 6 milliards d’habitants de la planète ?

Pourquoi ne sont ils pas tous également répartis ?

Quelles sont les causes des fortes ou des faibles densités ?

 

I.L’homme et ses déplacements.

1. Depuis l'aube de l'humanité, les migrations ont joué un rôle essentiel dans la répartition de la population à travers le monde. Aujourd'hui encore, l'espoir en de meilleures conditions de vie pousse l'homme à quitter sa terre d'origine pour aller s'établir ailleurs.

2. Les premiers groupements humains étaient des communautés de chasseurs nomades : rester constamment en mouvement constituait pour eux une question de survie. Les déplacements répétés exigeaient une grande faculté d'adaptation, car ils devaient modifier leur mode de vie (habitat, alimentation, vêtements) en fonction de ce qu'ils trouvaient sur place.

3. Les anthropologues estiment que, il y a environ 10000 ans, la planète comptait à peu près 5 millions d'habitants. Il est probable que les communautés humaines étaient présentes sur tous les continents, mais le taux de densité s'avérait extrêmement faible.

4. Les innovations technologiques, qui se sont succédé à la suite de l'apparition de l'agriculture, ont provoqué une forte augmentation de la population mondiale et accru sa densité dans les régions propices aux cultures.

5. L'essor de l'agriculture a également entraîné la croissance des villes : les hommes pouvaient désormais exercer une activité non-agricole tout en continuant à s'approvisionner dans les régions voisines.

6. L'histoire de la répartition de la population dans le monde a marqué un tournant décisif lors de la révolution industrielle. La population a augmenté de façon spectaculaire, à la fois en nombre et en concentration, surtout dans les centres urbains concernés. L'ère industrielle a suscité d'autres grands courants migratoires, comme la colonisation de l'Amérique du Nord par les Européens fuyant, notamment, les persécutions politiques ou religieuses et la misère.

7. Toutes les migrations n'ont pas été volontaires. Ainsi, 12% de la population des États-Unis descend des Africains que l'on a emmené en Amérique du Nord comme esclaves. La traite des Noirs a eu deux conséquences sur le plan démographique : elle a augmenté la densité de la population dans certaines régions d'Amérique du Nord, et entraîné une désertification dramatique dans de nombreuses régions d'Afrique occidentale, privées de leurs forces vives.

 

II. Les foyers de peuplement

1. On trouve des communautés humaines dans presque toutes les régions du globe. Toutefois, certains territoires, tel l'Antarctique, ne permettent pas une installation permanente; d'autres contrées, réputées inhospitalières, ne sont habitées que par de petits groupes, tels que des bergers nomades.

2. La majeure partie de la population mondiale se concentre sur une part infime du globe. Ainsi, sur environ 6 milliards d'habitants que compte aujourd'hui notre planète, la moitié vit sur un territoire qui ne représente que 15% des 150 millions de kilomètres carrés de terres émergées. En contrepartie, la moitié du territoire terrestre abrite seulement 5% de la population totale.

3. Environ 30% de la population mondiale est concentrée dans le sud et le sud-est de l'Asie (Inde, Indonésie, Pakistan)

4. et 25% est distribuée en Asie orientale (Chine, Japon).

5. Les autres grands foyers de populations se répartissent entre l'Europe et l'Amérique du Nord.

6. L'Amérique du Nord et l'Europe rassemblent une énorme concentration de populations urbaines. Leur niveau de vie élevé contraste avec celui des pays d'Asie (exception faite du Japon), où les populations sont essentiellement rurales et vivent des produits de l'agriculture. On trouve de plus faibles concentrations humaines au sud-est de l'Australie, au sud-est de l'Amérique du Sud, sur la côte ouest de l'Amérique du Nord et dans certaines régions du Midwest.

De grandes variations de densités

1. Les densités de population varient considérablement au sein de ces principaux regroupements. Certains territoires ont une densité extrêmement forte. Le cas de Hong Kong est exceptionnel, avec une superficie de 1045 km2 et une densité de 5400 hab./km2. Dans un pays beaucoup plus étendu comme le Bangladesh, la densité atteint environ 800 hab./km2.

2. Cependant, on rencontre en général les plus fortes densités dans les pays industrialisés, et notamment en Europe. Les Pays-Bas, par exemple, ont une densité de 445 hab./km2. Le Japon, le plus industrialisé des pays d'Asie, n'est pas très loin, avec près de 330 hab./km2.

 

III. Une densité inégale

• Les populations des pays industrialisés sont concentrées dans les villes et très inégalement répartie : ainsi, les deux tiers des Français se rassemblent sur moins d'un dixième du territoire.

• L'agglomération parisienne (2,2% du territoire national) regroupe une dizaine de millions d'habitants sur un total de 60 millions en septembre 2000; certaines régions ont une densité très faible (Corse : 30 hab./km2; Lozère : 14 hab./km2), tandis que d'autres dépassent les 1000 hab./km2 (agglomération de Paris : 3620 hab./km2 en 1990).

• Avec une densité moyenne de 104 hab./km2, la France est moins peuplée que ses voisins européens : 222 hab./km2 en Allemagne; 328 hab./km2 en Belgique; 191 hab./km2 en Italie.

 

IV Les causes naturelles

Le climat, l'eau et le relief

• Le climat conditionne depuis longtemps les phénomènes migratoires. Les lieux où règnent des climats extrêmes sont très peu peuplés, voire déserts. C'est le cas notamment des régions polaires, ainsi que des immenses territoires de la Sibérie ou du Nord canadien qui bordent l'océan Arctique. Dans ces régions, les hivers sont longs et sombres, et les étés, très courts, de sorte qu'il est difficile d'exploiter les sols. Bien que ces territoires recouvrent près de 10% de la surface terrestre, leur population se chiffre en milliers et non en millions. Le Groenland, par exemple, compte seulement 56000 habitants pour une superficie qui atteint près de 2,2 millions de km2.

• À l'inverse, des températures élevées et des pluies abondantes, comme dans les régions tropicales, favorisent l'agriculture en garantissant plusieurs récoltes dans l'année. Mais ce climat chaud et humide n'a pas que des effets bénéfiques : il favorise également la prolifération d'insectes, de bactéries et de champignons vénéneux, qui transmettent des maladies aux plantes, aux animaux et aux hommes. C'est sous les tropiques que l'on trouve à la fois les régions les moins peuplées du monde et les plus fortes densités de population, comme en Inde.

• Les lieux où les pluies sont rares ou irrégulières, comme dans le désert du Sahara, ont une faible densité de population. Dans ces régions, les hommes se concentrent autour des oasis ou des puits, ou dans les vallées fluviales.

• Le relief aussi est important. La vie est plus facile en plaine qu'en montagne. D'abord, parce qu'il est impossible de cultiver des terrains en pente sans provoquer une grave érosion du sol, ensuite, parce que les conditions de vie sont toujours rudes à haute altitude : l'air est plus rare, les vents sont violents et les températures, rigoureuses. Malgré cela, quelque 10 millions d'individus habitent en permanence à plus de 3000 m d'altitude. La majorité d'entre eux vit dans les Andes, en Amérique du Sud, et dans les montagnes d'Asie centrale.

 

IV Les facteurs économiques

• La présence de ressources souterraines (minéraux précieux ou sources d'énergie) influe sur la répartition de la population.

• L'espoir de faire fortune conduit en effet parfois les hommes à affronter les climats les plus hostiles et à vivre dans les conditions les plus ingrates.

• Ainsi, la découverte de mines d'or en Nouvelle-Galles du Sud provoqua, en 1851, un afflux massif d'immigrants sur le continent australien. Rares furent ceux qui s'enrichirent, mais les prospecteurs malchanceux restèrent sur place en si grand nombre qu'en 1860 la population de l'Australie avait quasiment triplé.

• Dans le passé, les réserves d'énergie ont eu un impact considérable sur la répartition de la population. Des communautés se sont implantées près des mines de charbon et des gisements de fer.

• La vallée de la Ruhr, en Allemagne, est ainsi devenue une importante région industrielle et urbaine, avec une forte densité de population, tout comme en France, la Lorraine ou le bassin houiller du Nord-Pas-de-Calais.

• En revanche, la découverte de gisements de pétrole ou de gaz naturel n'a pas suscité de regroupements humains sur une large échelle.

 

V. Les tendances actuelles

• Les progrès technologiques, tels que la création de centrales thermiques et de systèmes de climatisation, ont permis aux hommes de s'implanter sur des territoires jadis considérés comme inhospitaliers. L'irrigation permet désormais aux agriculteurs de cultiver des terres dans des régions pourtant réputées pour leur aridité, comme le désert du Néguev, au sud d'Israël.

• Le facteur qui intervient actuellement le plus dans la répartition de la population mondiale est probablement le mouvement migratoire qui conduit les gens à quitter les zones rurales pour les zones urbaines.

• Plus les villes croissent et plus la densité de la population dans les régions rurales diminue.

• En dépit de cette urbanisation massive, ce phénomène a tendance à s'inverser dans certains pays industrialisés : les habitants désertent de plus en plus les grandes villes pour s'installer en banlieue ou dans des régions rurales.

• Ils deviennent ainsi des banlieusards, et se rendent tous les jours en ville pour travailler.

• Certains pays ont encouragé leurs habitants à s'installer dans des régions moins hospitalières. Le gouvernement de l'ex-Union soviétique, par exemple, a incité la population à s'établir dans les terres froides de Sibérie ou dans les régions arides de l'Asie centrale.

• De tels mouvements de population peuvent avoir de graves répercussions sur l'environnement. Le cas du Brésil est bien connu : l'exploitation et la colonisation du bassin de l'Amazone semblaient offrir des opportunités économiques (ouverture de la Transamazonienne), mais la destruction de la forêt tropicale et de sa faune a provoqué un véritable désastre écologique.

La densité moyenne de population augmente plus rapidement dans les pays en voie de développement, essentiellement en Afrique, en Amérique du Sud et en Asie, tout simplement parce que leur population s'accroît plus vite que dans les pays développés (Europe et Amérique du Nord).

• En outre, dans les pays en voie de développement, où l'agriculture traditionnelle constitue la principale ressource, les populations jeunes ont de plus en plus tendance à se rapprocher des villes et de leurs environs, si bien que les régions rurales se vident.

• C'est le même schéma que celui qui s'est déjà produit en Europe.

 

VI. Les migrations économiques

1. Les guerres et les répressions exercées par certains gouvernements jouent un rôle non négligeable dans les mouvements de populations. En 1972, par exemple, 63000 Ougandais d'origine asiatique, contraints de quitter l'Afrique orientale, cherchèrent refuge dans les pays industrialisés du Commonwealth.

2. D'autres populations issues de pays en voie de développement, comme certains pays de l'Asie méridionale ou des Caraïbes, ont également migré afin de trouver du travail dans les pays industrialisés.

3. Si bon nombre de pays font preuve de tolérance à l'égard des réfugiés politiques, ils ne sont cependant pas disposés à accepter ce que l'on appelle les "migrants économiques".

4. Depuis les années 1990, les gouvernements des pays d'accueil sont parfois amenés à voter des lois pour limiter l'immigration, et expulser les nouveaux arrivants. Cette procédure est problématique car il est souvent difficile de faire la distinction entre les réfugiés et les migrants économiques. D'autres pays ont besoin de main-d'œuvre pour développer leurs ressources. C'est le cas de l'Australie, où des émigrants venus d'Europe de l'Est et d'Asie ont été accueillis à bras ouverts.

5. Les habitants des pays qui ont déjà une forte densité de population ont toutefois du mal à accepter la présence d'immigrants, surtout quand leur langue et leur religion diffèrent des leurs, ce qui peut poser de nombreux problèmes sociaux.

11 votes. Moyenne 3.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×