Emancipation des colonies et l'affirmation politique du Tiers-Monde

L’EMANCIPATION DES COLONIES ET L’AFFIRMATION POLITIQUE DU TIERS MONDE

(par le Professeur Darius ENGUENGH)

 

Dans le 20 années qui suivent la 2nde Guerre Mondiale, la quasi totalité des colonies des pays européens accèdent à l’indépendance. Ces pays du «Tiers- Monde» constituent une nouvelle forme originale et plus ou moins autonome dans le jeu international, lequel reste dominé par l’affrontement des Super-grands.

 

I. LES CAUSES DE L’EFFONDREMENT DES EMPIRES COLONIAUX

A/ L’Affaiblissement des métropoles

1) Le choc des deux guerres mondiales sur les puissances coloniales

La guerre de 1914-1918 est à l’origine du premier ébranlement des empires coloniaux, mais après 1918, les puissances coloniales ont éludé la question et répondu aux aspirations nationales par une répression accrue.

La 2nde Guerre Mondiale a élargi les fissures dans les empires coloniaux. En Asie, le Japon a balayé «l’impérialisme blanc» et a présenté son occupation comme une revanche des peuples de couleurs sur les Blancs. Les grandes puissances coloniales européennes (France, Royaume-Uni, Pays-Bas, Belgique) ne sont sorties de la guerre du côté des vainqueurs que grâce aux Etats-Unis ou l’URSS. Et pendant la guerre, le Royaume-Uni et la France ont multiplié les promesses pour gagner l’appui nécessaires des colonies. Pour rallier l’Afrique Noire toute entière à la France Libre, De Gaulle, dans son discours de Brazzaville, en 1944, sans aller jusqu’à promettre l’indépendance, annonce une participation des colonies à la marche des affaires. A partir de 1945, les colonies réclament donc cette émancipation qu’on leur a laissé entrevoir.

2) Les métropoles n’ont plus les moyens d’entretenir un empire colonial

L’Europe sort ruinée de la Guerre. Les métropoles ne maintiennent que difficilement l’emprise sur leurs colonies. La domination par la force devient aussi un problème dans le sens où les métropoles n’ont plus les moyens d’entretenir des corps expéditionnaires partout, excepté dans les villes principales et les points stratégiques. Ils ne peuvent donc plus tenir la totalité des pays. Or ces expéditions lointaines côutent cher et grèvent les budgets et freinent la reconstruction économique des métropoles au lendemain de la guerre. Il est à noter que les pays qui ont connu la plus forte croissance économique après la guerre sont l’Allemagne, l’Italie et le Japon qui justement n’ont pas la charge d’un empire colonial. La forte croissance de l’économie française ne survient qu’à partir de 1962, après avoir évacué le problème algérien.

B/ La lutte des colonies pour l’indépendance

L’opinion publique des métroples elles-mêmes évolue très rapidement en faveur de la décolonisation. Si ce n’est un soutien à l’évolution des colonies vers l’indépendance, c’est au moins le désir de voir se terminer certaines guerres comme celles d’Indochine ou d’Algérie où beaucoup de familles risquent de voir leurs enfants tués aux combats.

Le Royaume-Uni, avec les travaillistes au pouvoir à partir de 1945, accepte plus facilement la transformation de certaines colonies en «dominions» dans le cadre du Commonwealth déjà créé. La France, avec sa vieille tradition centralisatrice, est très attachée à l’idée de la République indivisible. L’évolution vers l’émancipation des colonies est donc beaucoup plus difficile.

1) L’impact de l’exploitation coloniale

La colonisation, sous couvert d’apporter la civilisation et le progrès, a d’abord été une vaste entreprise d’exploitation économique au profit des métropoles. Elle a détruit le système traditionnel de l’économie de subsistance en remplaçant la plupart des cultures vivrières par des plantation de cultures destinées à l’exportation. Elle a suscité l’explosion démographique par la mise en oeuvre de politiques sanitaires et médicales sans qu’il y ait en même temps politique de développement économique global du pays.

Les autochtones se sont très vite sentis exploités, servant à enrichir les métropoles quand eux-mêmes s’appauvrissaient. Ce sentiment suscite donc une hostilité de plus en plus grande, poussant ces populations à la résistance. Les cadres traditionnels des communautés villageoises ont été ébranlés par la colonisation, tandis que naissait au contact du capitalisme colonial une bourgeoisie indigène plus ou moins riche, avide de culture européenne et de pouvoir. Ce double phénomène de paupérisation et d’embourgeoisement a été facilité par le développement de l’urbanisation qui a souvent été très rapide. La ville de Calcutta, par exemple, n’existait pas au XVIIIème siècle. Aujourd’hui, c’est une des plus grandes villes du monde. Au sein de cette bourgeoisie est apparue une intelligentsia qui a adapté les idéologies occidentales (nationalisme, marxisme) qui allaient lui permettre de conduire les mouvements de libération, par des guerres révolutionnaires si nécessaires.

2) Les mouvements nationalistes

Ils se sont souvent déjà manifestés dans l’entre-deux-guerres, sans réellement inquiéter les métropoles. Ces mouvements ont d’ailleurs été inspirés par l’histoire européenne elle-même. N’oublions pas qu’en 1918, c’est au nom des droits des peuples à disposer d’eux-mêmes que se disloque l’empire austro-hongrois. De là la naissance des Etats d’Europe centrale. Ainsi, les peuples coloniaux, accédant à la conscience politique, se retournent-ils contre le colonisateur en utilisant les propres principes du colonisateur lui-même !

Le nationalisme est parfois renforcé par un idéal révolutionnaire. Depuis le Congrès de Bakou en 1920, le Komintern (IIIème Internationale Socialiste) soutient l’émancipation des peuples colonisés. Le prestige de l’URSS après 1945, l’extension du socialisme à d’autres pays, et les solidarités qui unissent les EU aux colonisateurs européens, contribuent à rapprocher communistes et nationalistes. En Indochine, la France doit affronter un mouvement dirigé par le communiste, Ho Chi Minh, soutenu par l’URSS et, à partir de 1949, par la Chine Populaire. Le communisme international, dans le contexte de la Guerre Froide, a d’ailleurs intérêt à aider des mouvements qui affaiblissent et déstabilisent les puissances européennes. Mais il ne faut pas généraliser, tous les mouvements nationalistes ne sont pas d’obédiance communiste. Dans les pays islamiques par exemple, ils s’appuient très souvent sur une revendication d’identité religieuse et ses animateurs sont à la fois des chefs politiques et religieux (voir le sultan du Maroc par exemple).

C/ L’Opinion internationale

1) Le contexte international, après 1945, est favorable à la décolonisation

La Charte de l’Atlantique de 1941, où Roosevelt et Churchill jette les bases d’un nouvel ordre mondial, rapelle le principe des peuples à disposer d’eux-mêmes. Ce principe est repris dans la Charte des Nations Unies en 45, puis par la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme en 48. L’ONU devient donc la tribune internationale de soutien à la décolonisation.

L’URSS et les EUA soutiennent tous les deux la décolonisation. L’URSS par principe, et les EUA d’une manière plus nuancée. C’est à travers le Kominform qu’agit l’URSS. Quant aux EUA, ils n’ont pas oublié qu’ils ont été la première colonie de l’histoire à avoir conquis leur indépendance. En 1948 d’ailleurs, leur unique colonie (les Philippines) accède à l’indépendance, ce qui leur donne bonne conscience. Avec la Guerre Froide, les peuples colonisés essaient de profiter de l’antagonisme entre les deux blocs. Ainsi, les EUA, par peur d’une propagation du communisme, soutiennent-ils à l’ONU la plupart des mouvements d’émancipation.

Il est à noter enfin qu’au fur et à mesure que les colonies accèdent à l’indépendance se forme un troisième bloc, le Tiers Monde, plus ou moins neutraliste, plaidant en faveur de l’émancipation des peuples encore colonisés. En 1955, à la Conférence de Bandoeng, ce bloc neutraliste proclame sa solidarité avec les pays encore dominés, et condamne fermement le colonialisme.

Si au XIXème siècle les colonisateurs avaient bonne conscience, certains d’apporter progrès et civilisation, au milieu du XXème siècle, la colonisation apparait de plus en plus comme une entreprise illégitime de domination et d’exploitation. Les pays colonisateur encourrent donc de plus en plus la réprobation internationale.

2) Les autorités morales condamnent également la colonisation

Il n’y a guère de grands intellectuels pour la défendre. Beaucoup, au contraire la condamnent (voir la préface de J.P. Sartre au livre de Franz Fanon, «Les Damnés de la Terre»).

L’Eglise catholique, avec beaucoup de prudence, prône une nécessaire évolution conforme à son universalisme. Elle a d’ailleurs, beaucoup mieux que les autorités politiques et civiles, encouragé la formation de clergé indigène et autochtone. Quant à la Commission des Eglises Protestantes pour les Affaires Internationales, elle se prononce dès 1946 en faveur de l’émancipation des colonies.

Il dépend donc de l’habilité des métropoles d’accepter une évolution inévitable, afin de voir leurs colonies s’émanciper, soit par la lutte, soit par la négociation.

 

II. LES CHEMINS D’ACCÈS À L’INDÉPENDANCE

A/ L’indépendance par la force

1) La Guerre d’Indochine

Pendant l’occupation japonaise, des nationalistes indochinois ont constitué la «Ligue pour l’Indépendance du Vietnam» ou Vietminh, dominée par les communistes d’Ho Chi Minh. Durant la guerre, ils mènent la résistance contre les japonais. Puis, en 1945, le 2 septembre, le Vietminh proclame l’indépendance de la République démocratique du Vietnam, avec un gouvernement provisoire dirigé par Ho Chi Minh. Mais dès le mois de septembre 1945, la France, l’ancienne puissance coloniale, se réinstalle et s’empare de Saïgon, au moment où le Vietminh instaure le suffrage universel, pour l’élection d’une Assemblée Nationale et où Ho Chi Monh devient Président de la jeune République. Ce dernier réussit même à signer, en mars 1946, un accord où la France reconnaît cette indépendance, mais dans le cadre de l’Union Française, née de la nouvelle Constitution. C’est l’époque où la France possède encore un gouvernement d’union nationale de toutes les forces qui ont lutté contre les occupants nazis et le régime collaborationniste de Vichy.

Mais deux régions de l’Indochine (la Cochichine et le Cambodge) refusent d’être soumises à un régime communiste, alors que pour Ho Chi Minh, le nouveau Vietnam ne peut être que toute l’ancienne Indochine française.

En septembre 1946, dans un contexte de tensions internationales de plus en plus tendues, Ho Chi Minh se rend à une conférence à Fontainebleau pour résoudre le problème. Mais, avant même l’èchec de la réunion, dû aux positions intransigeantes de part et d’autre, les troupes françaises bombardent Haïphong au Tonkin. Dés la mois de décembre, la guerre s’amplifie pour durer jusqu’en 1954 : 8 longues années !

Pourquoi donc cette guerre alors que la France doit panser ses plaies ?

1 – Les milieux coloniaux français y ont poussé (hauts fonctionnaires, militaires, grands négociants).

2 - Des considérations de prestige ont joué : ne pas capituler, ni pratiquer une politique d’abandon préjudiciable au reste de l’empire.

3 – Les autorités françaises ont sous-estimé les capacités de l’adversaire : gagner une guerre de libération nationale, cela ne s’est encore jamais vu (les français ont vraiment la mémoire courte et n’ont pa retenu les leçons du XIXème siècle en Italie par ex.).

4 – Parce que l’adversaire est communiste (alignement rapide sur la position des EUA : politique du «containment»).

Jusqu’à la fin des années 40, le Vietminh mène essentiellement des actions de guerilla avec l’appui des populations locales. Mais, à partir de 1950, avec l’appui de la Chine de Mao et de Moscou, le Vietminh lance de grandes offensives qui conduisent inexorablement à la défaite française de Diên Biên Phu, en mai 1954. Pierre Mendès France, alors chef du gouvernement et qui s’était toujours montré hostile à cette guerre conclut les Accoirds de Genève (1954). Ces accords prévoient une séparation provisoire du Vietnam en deux de part et d’autre du 17ème parallèle de latitude nord, jusqu’à des élections prévues dans un délai de deux ans.

Le Laos et le Cambodge deviennent deux Etats indépendants. Mais le Vietnam du Nord et le Vietnam du Sud deviennent un enjeu de Guerre froide et les EUA prennent très vite le relai des français. Le problème est donc loin d’être résolu.

2) Le Kénya et l’Indonésie

Durant la guerre d’Indochine, deux autres Etats conquièrent par les armes leur indépendance : le Kénya en Afrique de l’est, et l’Indonésie en Asie du sud-est. Il est à noter tout de suite que les combats y ont été beaucoup moins meutriers qu’en Indochine.

En 1952, au Kénya, les britanniques doivent affronter, la rebellion de la tribu des Mau-Mau qui veulent reprendre aux colons britanniques les meilleures terres que les angalis ont accaparées. Ceux-ci répondent aux attaques des rebelles par des campagnes de «pacification» ! Les très longues négociations avec le chef de la rébellion, Jomo Kenyatta, met un terme à la tuerie en 1954, mais le Kenya n’obtient réellement son indépendance qu’en 1963 !

En Indonésie, Ahmed Soekarno (1901-1970), leader du Parti National Indonésien créé en 1928 et dont les principes de lutte nationale sont : foi en Dieu, amour de l’humanité, nationalisme et démocratie, proclame l’indépendance le 17 aôut 1945. Mais les Pays-Bas espèrent restaurer leur souveraineté sur les «Indes Neerlandaises». Entre 1947 et 1948 de très nombreux affrontements ont lieu. Mais en 1949, devant les difficultés rencontrées, les hollandais acceptent l’ouverture de négociations. La Conférence de la Table Ronde de La Haye débouche, fin 49, sur la reconaissance par les Pays-Bas de la création des Etats-Unis d’Indonésie dans le cadre de l’Union néerlandaise. Mais en 1950-1952, les Pays-Bas soutiennent le cessession de la République des Moluques. Soekarno impose alors un Etat centralisé et unitaire. En 1956, l’Union néerlandaise est dissoute. Finalement, en 1957, les derniers ressortissants néerlandais sont expulsés et leurs biens confisqués.

3) La guerre d’Algérie

Alors que la Tunisie et le Maroc accèdent à l’indépendance par la négociation, l’Algérie y parvient après une guerre de près de 8 ans.

L’Algérie depuis la colonisation, est considérée comme faisant partie intégrante du territoire national français. Elle forme trois départements français de l’autre còté de la Mer Méditerranée. Elle est peuplée de 10 millions d’habitants, sur lesquels on compte un million de français de souche, les «pieds-noirs» parmi lesquels se trouve un groupuscule très influent dans l’administration française en Algérie, et très hostile à une Algérie musulmane et indépendante. Plus d’un siècle de colonisation a détruit en Algérie tous les cadres politiques locaux sans jamais les avoir remplacer. La France ne reconnaît donc aucun représentants légitimes du peuple algérien. Il n’y a donc personne avec qui pouvoir négocier. Les algériens n’ont donc pour se faire entendre que le recours à la rébellion. C’est le Front de Libération Nationale, dirigé par Ahmed Ben Bella réfugié au Caire (Nasser est au pouvoir en Egypte), qui lance la rébellion le 1er novembre 1954. Se développent alors des actions de guerilla et de terrorisme menées par les «fellaghas» dans les campagnes, puis dans les villes. Le FLN soutenus par les pays arabes reçoit aussi l’appui de l’URSS.

En Algérie, la France répète les mêmes erreurs qu’en Indochine : ne pas comprendre le sens de la rébellion, croire que la masse du peuple algérien est en faveur de la France, croire que l’écrasement de la rébellion sera rapide. La France s’engage donc dans une politique de répression croissante par l’envoi de moyens et de soldats toujours plus nombreux dans le but officiel de «maintenir l’ordre». En 1956, les élections législatives se font sur la question algérienne et les partisans de la paix l’emportent. Guy Mollet, nouveau chef du gouvernement, tente alors de mettre en oeuvre sa politique «cessez-le-feu, élections, négociations». Mais sous la pression et l’hostilité des pieds-noirs, il se voit obliger de renforcer la présence du contingent militaire français sur le terrain afin d’intensifier la «pacification». Bien plus encore, les pieds-noirs et l’armée française d’Algérie estiment insuffisant l’engagement et la détermination de la France. Finalement, le 13 mai 1958, éclate l’insurrection d’Alger, avec le soutien de l’armée française d’Algérie qui menacent d’un coup d’Etat en métropole si De Gaulle ne revient pas au pouvoir. Tous ces événement, d’une extrême gravité, conduisent à l’effondrement de la IVème République et au retour au pouvoir du général De Gaulle.

Au départ, De Gaulle ne semble pas avoir considéré l’indépendance comme inévitable. Il essaie deux nouvelles politiques : «La Paix des Braves» (pardon politique à tous) et «La Troisième Force» (le juste milieu entre les extrêmes : pieds-noirs et FLN). Mais, face au pourissement de la situation, il ne voit très rapidement d’autre solution que la négociation avec la FLN qui, en 1958, se transforme en G.P.R.A. (Gouvernement Provisoire de la République Algérienne). Pour De Gaulle, la négociation apparait la seule issue face aux attaques contre la France à l’ONU, mais aussi du fait de la perte de prestige auprès des pays du Tiers Monde, alors que De Gaulle cherche au contraire à redonner une place importante à la France dans le monde.

L’évolution de l’Algérie vers l’indépendance par la négociation est toutefois retardée par l’opposition farouche des pieds-noirs (révolte des barricades en Janvier 1960 à Alger), mais surtout de l’armée qui, en avril 1961, tente un coup d’Etat : le putsch des généraux (Salan, Challes, Jouhaud, Zeller, le fameux «quarteron de généraux»). De cette double opposition surgit bientôt l’O.A.S. (Organisation de l’Armée Secrète) qui tente à plusieurs reprises d’assassiner De Gaulle.

Les négociations aboutissent enfin, le 12 mars 1962, à la signature des Accords d’Évian : Algérie indépendante (Sahara compris), avec référendum en France et en Algérie. 800 000 pieds-noirs quittent alors l’Algérie pour la France métropolitaine. La guerre a fait entre 600 000 et un million de victimes. Ce fut la plus cruelle des guerres de décolonisation.

4) L’indépendance des colonies portugaises est plus tardive

Elle ne survient qu’après la «Révolution des Oeillets» au Portugal, en 1974, qui met un terme final à la dictature faciste du docteur Antonio de Oliveira Salazar au pouvoir depuis 1932.

En Guinée-Bissau, le P.A.I.G.C. (Parti Africain de l’Indépendance de la Guinée et des Iles du Cap Vert) mène une guerilla urbaine contre les portugais. A partir de 1964, il cherche à prendre en main l’administration des régions libérées. L’intervention de l’armée portugaise ne résoud rien. En 1972, le P.A.I.G.C., qui contrôle l’ensemble du pays, organise l’élection d’une Assemblée Nationale qui proclame l’indépendance. L’ONU reconnaît le nouvel Etat en 1973. Après la Révolution des Oeillets au Portugal, le nouveau chef de gouvernement, le général Spinola signe un accord avec le P.A.I.G.C., consacrant l’indépendance désormais acceptée par Lisbonne (septembre 1974).

En Angola et au Mozambique, une évolution semblable a lieu, mais avec une intervention étrangère beaucoup plus marquée. En Angola, se développent deux mouvements nationalistes rivaux, qui déclanchent la guerilla à partir de 1962 : le F.L.N.A. (Front National de Libération de l’Angola) soutenu par le Congo et la République d’Afrique du Sud , et le M.P.L.A. (Mouvement Populaire de Libération de l’Angola) marxiste donc soutenu par l’URSS et Cuba. L’Indépendance est proclamée en novembre 1975 dans un contexte de guerre civile. Le M.P.L.A. l’emporte finalement, mais après de multiples tergiversations, l’Angola reste encore aujourd’hui une région très troublée dans une région stratégique de l’Afrique.

Au Mozambique, le FRELIMO (Front de Libération du Mozambique) déclenche la guerre d’indépendance en 1964. L’indépendance est obtenue en 1975. Là aussi, les troubles persistent.

B/ L’indépendance par la négociation

1) L’Inde et les autres colonies britanniques

a – L’indépendance de l’Inde et la partition de l’Union Indienne

Pendant la 2nde Guerre Mondiale, 2.5 millions de soldats de l’Union Indienne combattent aux côtés des britanniques ; ceux-ci, promettent l’indépendance à la fin des hostilités. Il existe dans le joyau de la couronne britannique deux partis politiques rivaux : le Parti du Congrès avec à sa tête Mohandas Karamchand GANDHI et Jawaharlal NEHRU, groupant la majorité des hindouistes ; et la Ligue Musulmane de Mohammed Jinnah, minoritaire et séparatiste.

Dès 1946, de très violents affrontements ont lieu entre Hindouistes et Musulmans, alors que les anglais annoncent le retrait de leurs propres troupes pour juin 1948. Face à cette haine entre les communautés religieuses, le RU préconise la partition de l’Union Indienne en deux territoires : l’Inde et le Pakistan. Nehru, opposé à ce projet dans un premier temps, s’y rallie finalement et c’est ainsi que le 15 aôut 1947 naissent deux nouveaux pays : l’Inde et le Pakistan.

L’Inde est hindouiste. Quant au Pakistan musulman, il est formé de deux territoires situés à l’est et à l’ouest de l’Inde septentrionale, séparés par près de 2000Km. La formation de ces territoires entraînent d’énormes transferts de population. Plus de 15 millions de personnes sont déplacées dans un sens ou dans l’autre. Mais, dès 1947, un premier conflit armé oppose les deux pays à propos du Cachemire qui fut rattaché à l’Inde bien que peuplé en majorité de musulmans. Un second conflit éclate en 1965 qui se règle grâce à la médiation de l’ONU, intervenue à l’initiative de l’URSS. La région est encore troublée en 1971 par un conflit qui oppose les deux Pakistan. Le Pakistan oriental se révolte contre le Pakistan occidental, et avec l’appui de l’Inde et de l’URSS se proclame indépendant sous le nom de Bangladesh. La Chine, alliée du Pakistan occidental et en mauvais termes avec l’Inde et l’URSS pour des problèmes frontaliers, s’oppose jusqu’en 1974 à l’entrée du Bangladesh à l’Assemblée Générale des Nations Unies. Finalement la partition britannique de l’Union Indienne a abouti à la formation de trois Etats.

b – Les autres colonies britanniques

En Asie, l’évolution des autres colonies britanniques se fait sans trop de heurts. Birmanie et Ceylan en 1948, Malaisie en 1957. Comme l’Inde et le Pakistan, tous ces pays restent membres du Commonwealth, qui permet au RU de préserver en grande partie ses intérêts économiques, notamment dans les domaines de l’industrie du caoutchouc, de l’étain, des banques, des assurances et d’une manière générale du commerce.

En Afrique, le Ghana est le premier pays à accéder à l’indépendance en 1957, et c’est dans la capitale ghanéenne qu’a lieu l’année suivante la Conférence d’Accra. Elle réunit les représentants d’une dizaine de colonies africaines et proclame le droit à l’indépendance en Afrique.

En Afrique, comme en Asie, les Britanniques savent beaucoup mieux que les français, sortir de la colonisation et préparer leurs colonies à l’indépendance. Le gouvernement travailliste de Clement Attlee (1945-1951) reconnaît à tous les peuples dépendant de la couronne britannique, le droit à l’auto-détermination, tout en cherchant à renforcer le Commonwealth. Ainsi, les territoires africains passent-ils du statut de «colonies de la couronne» administrées directement par le RU, à celui de «colonies à gouvernement responsable» pourvues d’une Assemblée élue, puis à celui de «colonies à self-government», dernier stade avant l’indépendance totale, si possible dans le cadre du Commonwealth. Le but des britanniques n’est pas tant de perdre une colonie que de gagner un membre du Commonwealth.

Cette stratégie est parfaitement illustré par le cas du Ghana :

- 1949 - Kwame Nkrumah (1909-1972), après avoir été emprisonné, fonde, le Parti de la Convention du Peuple.

- 1950 - Le RU accorde la mise en place d’une constitution.

- 1952 - Nkrumah devient Premier Ministre, alors qu’il existe encore un gouvernement britannique qui garde d’importants pouvoirs.

- 1957 - Proclamation de l’indépendance dans le cadre du Commonwealth.

Autres cas particuliers :

Le Nigeria : il accède à l’indépendance en 1960, dans un cadre fédéral. En 1967, la provinceorientale du Biafra, riche en pétrole, tente de faire céssession ; les autorités nigeriannes pratiquent alors un blocus total du Biafra, le réduisant à la famine. En Janvier 1970, le Biafra capitule sans condition.

La Rhodésie : en 1965, Jan Smith proclame de manière unilatérale l’indépendance et en 1970, rompt ses relations avec le RU, mettant en place un régime d’apartheid calqué sur le modèle sud-africain. En 1971, le RU reconnaît l’indépendance de la Rhodésie. Le régime ségrégationniste et raciste dure 10 ans. Durant cette période se développe une guerilla noire qui finalement l’emporte en 1980, date à laquelle les noirs s’emparent du pouvoir, chassent les blancs et proclament la fondation du Zimbabwe.

L’Afrique du Sud : plutôt que de renoncer à l’Apartheid, elle préfère quitter le Commonwealth en 1961. La lutte des noirs a finalement triomphé en 1994, avec l’élection de Nelson Mandela comme président de la République (il a passé 24 ans de sa vie en prison de 1966 á 1990).

Entre 1962 et 1966, la plupart des autres colonies britanniques accèdent à l’indépendance : Tanzanie, Ouganda, Kenya, Zambie, Malawi, Lesotho.

2) La décolonisation française en Afrique (Algérie exclue)

a – Les cas du Maroc et de la Tunisie

Ce sont deux protecrorats, la Tunisie depuis 1881 et le Maroc depuis 1911. Ils conservent donc l’apparence d’un gouvernement autonome avec leurs chefs traditionnels, le Bey de Tunis et le Sultan du Maroc. Mais en fait, le pouvoir réel appartient au Résident Général qui représente la France.

Après la 2nde Guerre Mondiale, la France cherche à différer l’évolution vers l’indépendance. Celle-ci est revendiquée par des mouvements nationalistes : en Tunisie, le parti du Néo Destour fondé en 1934 par Habib Bourguiba, et le parti de l’Istiqlal, au Maroc, fondé en 1944 par Mohammed Ben Youssef (Mohammed V). Ces mouvements s’opposent à la domination française par des grèves et des actions terroristes. En 1950, Bourguiba est emprisonné. En 1953, c’est au tour du Sultan du Maroc à être exilé à Madagascar. Avec l’arrivée de Pierre Mendès France au gouvernement en 1954, des négociations sont engagées avec les nationalistes marocains. Elles aboutissent à la signature des Accords de La Celle-Saint-Cloud qui reconaissent l’indépendance du Maroc, proclamée le 2 mars 1956. Dès 1954, le gouvernement Mendès-France accorde l’autonomie interne à la Tunisie qui proclame son indépendance le 20 mars 1956.

Dans ces deux pays, la communauté française n’était pas aussi importante qu’en Algérie, mais la plupart des français regagnent la métropole. La coopération de la Tunisie et du Maroc avec la France est difficile après 1956, en raison du soutien qu’ils apportent à la cause algérienne.

b – L’Afrique Noire Francophone

Elle Accède à l’indépendance sans trop de heurts : A.O.F., A.E.F. et Madagascar. Depuis 1946, les colonies françaises d’Afrique Noire font partie de l’Union Française, dans laquelle elles sont considérées comme des territoires d’outre-mer. Quelques députés africains siègent au Parlement français, mais l’administration coloniale directe reste en place, ce qui ne satisfait guère les mouvements nationalistes qui, même modérés, sont durement réprimés, comme à Madagascar en 1947.

L’évolution s’accélère à partir de 1956 avec la Loi Cadre de Gaston Deferre, ministre de la France d’outre-mer sous le gouvernement Guy Mollet. Cette loi prévoit la mise en place d’une Assemblée élue au suffrage universel dans chaque territoire, ainsi que d’un Conseil de gouvernement souverain dans certains domaines techniques. L’application de cette nouvelle loi permet le développement d’une vie politique dans la plupart des territoires, des partis politiques s’organisent et apparaissent des leaders.

Avec l’arrivée de De Gaulle au Pouvoir en 1958, L’Union Française se transforme en Communauté Française suivant la nouvelle Constitution. Cette dernière ouvre la voie à l’indépendance immédiate : il suffit que les colonies votent NON au référendum organisé le 28 septembre 1958, en refusant d’entrer dans la communauté proposée. Toutes les colonies optent pour l’adhésion à la Communauté sauf la Guinée Conakry qui devient aussitôt indépendante. Mais en 1960, le Sénégal demande l’indépendance qui lui est accordée. A partir de là, les autres colonies en font de même. Tous ces nouveaux Etats maintiennent des liens de coopération avec la France. Reste seulement Djibouti, qui accède à l’indépendance en 1977.

3) L’indépendance dramatique du Congo Belge

Voilà l’exemple type de décolonisation hâtive qui tourne à la tragédie. Le Congo belge accède à l’indépendance sans aucune préparation sous la pression de l’environnement international et singulièremenet de la décolonisation de l’Afrique Noire Francophone et anglophone.

Au Congo belge, avant l’indépendance, l’administration coloniale est toute puissante et les élites indigènes pratiquement absentes. La tutelle coloniale belge , c’est non seulement les fonctionnaires, les missionnaires catholiques, mais aussi de puissantes compagnies privées comme l’Union Minière du Haut-Katanga (uranium, plantations). Aucun effort n’a été réalisé pour mieux intégrer les indigènes. Bien au contraire, ils ont été systématiquement écartés de l’enseignement et des responsabilités administratives.

Cependant,dans les années 50, le syndicalisme se développe en milieu urbain, entrainant une certaine prise de conscience politique, et la formation de partis politiques : celui dirigé par Kasavubu qui veut l’indépendance immédiate dans un cadre régional et ethnique, et celui de Patrice Lumumba (Mouvement National Congolais) regroupant chrétiens et socialistes de tendance unitaire. Entre 1955 et 1958, une grave crise économique touche la colonie ; le chômage augmente rapidement entraînant des émeutes qui sont durement réprimées par les autorités belges. Kasavubu et Lumuba sont jettés en prison. Finalement, le gouvernement belge décide de réunir une table ronde à Bruxelles avec les représentants des divers partis congolais, dont Kasavubu et Lumumba qui sont libérés de prison. Le parlement belge vote l’indépendance qui est proclamée par le roi Baudoin 1er, le 30 juin 1960. Le nouvel Etat s’appelle Zaïre et possède un gouvernement d’union nationale avec Kasavubu comme président de la République et Lumumba comme chef du gouvernement. Très vite, des divisons graves apparaissent, qui dégénèrent en luttes sanglantes. C’est que le Congo indépendant manque totalement d’expérience politique et de personnel politique compétent (il y a à cette époque seulement une vingtaine de diplômés d’université dans le pays). Des querelles ethniques viennent sérieusement compliquer la situation. Dès le mois de juillet 1960, le Katanga (partie sud du Zaïre, aujourd’hui appelé Shaba) fait cessession et se déclare indépendant sous la direction d’un homme d’affaires noir Moïse Tschombé, poussé par les sociétés belges, dont l’UMHK. Kasavubu et Lumumba demandent alors l’appui de l’ONU. Celle-ci décide l’envoi de casques bleus pour remplacer les troupes belges, rétablir l’ordre et l’unité du pays. L’URSS essaie de développer son influence en soutenant Lumumba que Kasavubu a révoqué. Finalement le plus haut gradé de l’armée, un sergent de 30 ans, Mobutu, nommé colonel et commandant des forces zaïroises, fait arrêter Lumuba et expulser les diplômates soviétiques. Lumumba est livré aux forces katangaises et assassiné en 1961, à la stupeur de l’opinion internationale.

Il faut deux ans aux forces des casques bleus pour triompher de la cessession des katangais. L’unité du Zaïre est donc maintenue. Kasavubu cède la présidence à Mobutu qui établit une dictature des plus corrompues du continent africain, jusqu’en 1997 date à laquelle Mobutu est renversé par Kabila.

 

III. LE TIERS MONDE DANS LES RELATIONS INTERNATIONALES

A/ La tentative d’organisation politique du Tiers Monde

1) Le Mouvement des Non-Alignés

a – La Conférence de Bandoeng de 1955

Le Mouvement des Non-Alignés naît pendant la Guerre Froide. Le Tiers Monde grandissant prend peu à peu conscience de lui-même. D’abord en Asie du Sud-est où se trouvent les premiers pays à accéder à l’indépendance (Inde, Pakistan, Ceylan -Sri Lanka-, Birmanie –Myanma-, Indonésie). La guerre d’Indochine entretient dans cette région du monde une solidarité anti-impérialiste. A la Conférence de Bandoeng convoquée par ces 5 pays asiatiques participent 29 Etats afro-asiatiques. Le mouvement est dominé par Nehru, Nasser, Halié Sélassié, Soekarno. Tito est là aussi en tant qu’observateur. La conférence condamne la colonialisme, mais aussi la politique des blocs. Aucune organisation internationales n’est créée à Bandoeng.

b – La Conférence de Belgrade de 1961

C’est la première réelle conférence des non-alignés. A l’initiative de Tito et de Nehru y est défini le concept de neutralisme. Les signataires de la Conférence déclarent oeuvrer pour la coexistence pacifique, soutenir les mouvements de libération nationale comme le FLN algérien, n’appartenir a aucune alliance et refuser toute base militaire étrangère sur leur territoire. Mais assez rapidement le mouvement des non-alignés prend un caractère ambigu. En effet, le mouvement des non-alignés n’est plus uniquement un groupement d’anciennes colonies (présence de la Yougoslavie), et surtout certains pays membres sont tout à fait communistes (Yougoslavie, Cuba, Vietnam). Son caractère neutraliste devient donc pour le moins suspect.

2) L’Ambigüité du mouvement des non-alignés

L’entrée de pays comme Cuba ou le Nord-Vietnam compromet de plus en plus le projet initial de neutralisme. Cuba, en effet, préconise «l’alliance naturelle» avec le camp socialiste. Le Nord-Vietnam est à cette époque en guerre contre les EUA, alors que Cuba est nettement aligné sur l’URSS. La Conférence des non-alignés, après celles du Caire en 1964, et d’Alger en 1973, se tient à La Havanne en 1979, et Fidel Castro en devient même le Président ! Si bien que ce neutralisme un peu... trop pro-soviétique devient très suspect.

Aujourd’hui, le mouvement des non-alignés regroupe plus de 110 pays et se veut le porte-parole des problèmes des pays sous-développés. A l’antagonisme Est/Ouest, le mouvement a tenté de substituer l’antagonisme Nord/Sud. Mais trop souvent, le mouvement tombe dans la dénonciation unilatérale de l’impérialisme nord-américain, si bien que les EUA n’ont jamais entretenu de rapport avec lui. Depuis les années 50, les EUA ont d’ailleurs vu d’un très mauvaisle développement du mouvement des non-alignés dans les pays d’Amérique Latine qui ont pourtant les mêmes problèmes de sous-développement que le reste du Tiers-Monde. Pour leur éviter de prendre des positions trop «neutralistes», les EUA disposent de moyens de persuasion très efficaces, pression économique, diplômatique ou militaire. Et quand un pays tente une voie différente, les EUA ont tôt fait de le ramener sous leur tutelle : interventions militaires au Guatemala et Costa Rica en 1954, sur l’île de la Grenade en 1983, pression économique sur le Chili de Salvador Allende en 1973 puis coup d’Etat, sur le Nicaragua des sandinistes de Daniel Ortega.

3) L’Organisation de l’Unité Africaine (O.U.A.)

L’OUA est créée en 1963 dans le but de hâter la décolonisation et de préparer une union économique africaine. Dès le départ, elle est déchirée entre une tendance réformiste et une autre plus révolutionnaire. Si bien qu’elle se borne à condamner les régimes racistes d’Afrique du Sud et de Rhodésie, mais demeure inopérante dans certains conflits comme au Congo ou au Tchad. Pourtant, petit à petit, elle s’impose comme une force politique. Elle se pose en tant que médiatrice dans le conflit Maroc/Algérie à propos du Sahara Occidental, et, entraînée par les pays arabes, elle soutient la cause du peuple palestinien.

B/ Les limites économiques du Tiers-Monde

1) Les pays du Tiers-Monde ont besoin de l’aide des pays développés

La volonté du Tiers-Monde d’être indépendant des blocs est diminuée par l’énormité des besoins et des problèmes de développement impossibles à résoudre sans aide extérieure. L’aide au Tiers-Monde est essentiellement occidentale. De 1945 à 1970, 90% de l’aide provient des pays occidentaux et à peine 10% des pays de l’est. Dans l’aide occidentale, l’aide des EUA est, bien entendu, la plus importante.

Or, l’aide accordée ou refusée dépend du schéma socio-économique du pays solliciteur. Pour les EUA en particulier, le libéralisme économique devient un dogme politique et répugnent à aider des pays du Tiers-Monde qui s’engagent dans la voie ne serait-ce que d’un certain socialisme, ou du moins d’une économie planifiée. Le refus des EUA entraîne l’URSS à apporter son aide aux pays nécessiteux, si non elle encourt elle aussi une perte de prestige (ex. : l’Egypte de Nasser lors de la construction du barrage d’Assouan). L’URSS, de son côté, intervient surtout dans des projets de développement planifié et d’inspiration socialiste. Ne se sentant nullement responsable du sous-développement imputable au pillage du Tiers-Monde par les pays capitalistes, l’URSS accepte d’aider les pays qui s’engagent dans la voie du socialisme, et de préférence un socialisme de type soviétique donnant priorité à l’électrification (Egypte), ou à l’industrie lourde (Inde)... Les deux blocs sont donc présents dans le Tiers-Monde à travers des aides techniques, financières, de telle manière que la subordination économique du Tiers-Monde n’a pas cessé avec la décolonisation.

En effet, tout d’abord, l’industrialisation reste très insuffisante pour couvrir les besoins de développement. Ensuite, la croissance démographique entraîne une augmentation de la demande de produits alimentaires que les pays industrialisés sont souvent les seuls à pouvoir satisfaire. Il faut donc que les pays du Tiers-Monde exportent des produits tropicaux, des matières premières, du pétrole.... pour pouvoir payer des importations indispensables à leur survie. Le déficit de la balance des paiements des pays du Tiers-Monde est catastrophique, l’endettement s’est accru et aujourd’hui bien des pays sont dans l’incapacité de payer seulement les intérêts de leur dette.

2) Les tentatives d’organisation économique du Tiers-Monde

a – L’O.P.E.P.

Elle est créée à Bagdad en 1960, par les 5 principaux exportateurs d’alors : Arabie Saoudite, Irak, Iran, Koweit, Vénézuela. L’OPEP domine le marché du pétrole dans les années 70. Depuis la guerre du Kippour, l’OPEP a fait monter le prix du baril de pétrole de 2.9$us en juin 1973 à 34$us en octobre 1981. Depuis la situation lui échappe à nouveau en grande partie, à cause de la diminution de la consommation des pays industrialisés qui ont pratiqué des politique d’économie d’énergie et accéléré le développement de leur programme nucléaire, mais aussi du fait de l’apparition de nouveaux grands producteurs non membres de l’OPEP.

b – Le Groupe des 77 et la C.N.U.C.E.D.

Fondé à l’ONU en 1963, le «Groupe des 77» s’est mis d’accord pour réclamer une Conférence des Nations Unies pour le Commerce et le Développement ou CNUCED, afin de mieux régler les échanges entre le Tiers-Monde et les pays les plus industrialisés. La première conférence s’est réunie à Genève en 1964, réussissant à conclure quelques accords internationaux sur les prix des produits de base.

En 1974, le Groupe des 77 a fait adopter par l’ONU une «Déclaration concernant l’instauration d’un nouvel ordre économique international» : demande de restructuration des échanges internationaux, demande de réforme du système monétaire international, demande d’allègement des dettes, demande d’un nouveau droit à la mer... Les EUA se sont opposés à toutes ces revendications.

Entre temps, le Groupe des 77 s’est élargi. Les pays du Tiers-Monde ont pris conscience des énormes différences entre pays à très faibles revenus et d’autres exportateurs de pétrole, ce qui entraîne en septembre 1981 à la Conférence de Paris, la mise en place d’un plan d’action en faveur des 31 pays les plus pauvres du monde ou P.M.A. (Pays les moins avancés). En 1981, le premier et dernier sommet Nord/Sud réunissant 22 pays a lieu à Cancun. Il est resté sans lendemain.

En aôut 1980, l’ONU a proposé que les pays développés consacrent 0.7% de leur budget national à l’aide au Tiers-Monde. Peu de pays ont fait l’effort. De plus aujourd’hui, l’aide accordé fait l’objet de violentes critiques car non seulement elle est insuffisante, mais aussi mal distribuée et arrive très souvent à peine aux vrais destinataires !

Donc, tentatives d’organistion politique, économique du Tiers-Monde certes, mais relative faiblesse des résultats. Ceci est dû en partie à des faiblesses internes des pays, à l’instabilité politique (plus de 60 coups d’Etat en Afrique depuis 1945), à l’autoritarisme de certains régimes politiques, à la corruption... la manière la plus rapide de s’enrichir étant encore de conquérir le pouvoir ! Le Tiers-Monde voit ainsi s’affronter les Grands qui essayent de s’y tailler des zones d’influences. Fin des années 70, l’affirmation réelle et l’équilibre du Tiers-monde ne semble donc pas être pour demain.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×