Histoire du Mur de Berlin

Histoire du Mur de Berlin

(par le Professeur Darius ENGUENGH)

 

En 2009, Berlin fête le 20e anniversaire de la chute du Mur. Érigé le 13 août 1961, il était symbole de la division de Berlin et de l’Allemagne mais également de la Guerre froide. Emblème d'un monde bipolaire au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Le Mur de Berlin est une page de l’Histoire à lui tout seul...

Le contexte historique : La fin de la seconde guerre mondiale et la partition de Berlin

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale en 1945, l'Allemagne est divisée en quatre zones d'occupation sous administration soviétique, américaine, britannique et française, conformément à l'accord conclu à la conférence de Yalta.

Berlin, ex-capitale du Reich est elle-même divisée en quatre secteurs.

Très vite la guerre froide démarre sous plusieurs fronts entre l'Est et l'Ouest. Berlin occupe alors une place centrale dans l'affrontements entre les services secrets. Le blocus de Berlin décidé par Staline en 1948 marque la première grande crise de la guerre froide.

L'année 1949 voit la création à l'ouest de la République fédérale d'Allemagne suivi de près par celle de la République démocratique allemande. On commence alors des deux côtés à mieux sécuriser et compléter les frontières. La création de deux États consolide la division politique de Berlin. Des douaniers et des soldats détachés à la surveillance de la frontière patrouillent entre la RDA et la RFA ; de solides clôtures seront plus tard érigées du côté RDA.

Légalement, Berlin garde le statut d'une ville démilitarisée partagée en quatre secteurs et indépendante des deux États allemands.

Avec le durcissement de la guerre froide la RDA intensifie la protection de ses frontières. La frontière entre les deux Allemagnes devient la frontière entre l'OTAN et le pacte de Varsovie.

 

La construction du Mur

Le 13 août 1961, les berlinois découvrent avec stupéfaction leur ville divisée en deux par un réseau de barbelés. Cette décision prise la veille par le conseil des ministres de la RDA devait permettre officiellement d'endiguer l'exode de ses ressortissants vers la RFA. Mais elle cachait surtout des problèmes bien plus anciens liés au contexte international de l'époque, celui de la Guerre froide.

À partir du 4 août 1961 un décret oblige les travailleurs frontaliers à s'immatriculer comme tels. Avant même la construction du mur, la police de la RDA surveille intensivement les points d'accès à Berlin-ouest. De nombreuses personnes habitant ou travaillant dans la RFA achètent en effet à Berlin-Est les aliments et biens de consommation rendus bon-marché, contribuant à affaiblir l'économie planifiée de l'Allemagne de l'Est.

Dans la nuit du 12 au 13 août 1961, la pose de grillage et de barbelés tout autour de Berlin-Ouest marque le début du processus d'édification du Mur de Berlin, projet secret du gouvernement est-allemand. Durant toute la nuit, sur ordre du Parti communiste et sous surveillance policière, des maçons vont empiler les parpaings qui sépareront la capitale allemande pendant plus de 20 ans.

Certes, les Alliés avaient eu vent de la décision visant au verrouillage de Berlin-Ouest, ils se montrent cependant surpris par son ampleur et sa soudaineté. Cependant leurs droits d'accès à Berlin-Ouest étant respectés, ils décident de ne pas intervenir.

Le 12 août 196, une conférence a eu lieu à Berlin-Est au centre de décision du SED (Sozialistische Einheitspartei Deutschlands : le Parti socialiste unifié d'Allemagne) en présence de hauts responsables du parti. On y apprend que la situation d'émigration croissante de fugitifs rend nécessaire le bouclage de Berlin-Ouest dans les jours qui suive

Dans la nuit du 12 au 13 août 1961, 14 500 membres des forces armées bloquent les rues et les lignes menant à Berlin-Ouest. Des troupes soviétiques se tiennent prêtes au combat et sont présentes aux postes frontières. Tous les moyens de transport entre les deux Berlin sont interrompus. En septembre 1961, des métros et des trams circuleront cependant sous Berlin-Est.

Le chancelier fédéral Adenauer appelle le jour même la population au calme et à la raison et évoque sans plus de précisions des réactions que les alliés s'apprêtent à prendre en commun. Il attend deux semaines avant de se rendre à Berlin-Ouest. Seul le maire de Berlin-ouest et futur chancelier allemand Willy Brandt réagit énergiquement - mais impuissant - contre l'emmurement de Berlin et sa coupure définitive en deux. Le 16 août 1961, une protestation de 300 000 personnes entoure Willy Brandt devant la mairie.

La réaction des Alliés est traînante : il faut attendre 20 heures avant que les colonnes militaires ne se présentent à la frontière ; 40 heures pour qu'un avertissement ne soit communiqué au commandant soviétique de Berlin ; 72 heures seront même nécessaires pour que les protestations des diplomates alliés n'atteignent Moscou.

Le président John Kennedy soutient la ville libre de Berlin. Il envoie un groupe de combat supplémentaire de 1 500 hommes à Berlin-Ouest et remet en service le général Lucius D. Clay. Le 19 août 1961, le vice-président américain Lyndon Johnson se rend à Berlin. Ulbricht impose aux employés et aux officiers alliés des contrôles aux postes de police et de douane, ce qui déclenche la colères. Finalement, le commandant du Groupe des troupes soviétiques stationnées en RDA doit intervenir énergiquement auprès des fonctionnaires de la RDA pour calmer leurs ardeurs.

Le 27 octobre 1961, on en vient à une confrontation directe entre troupes américaines et soviétiques ; 10 chars américains et soviétiques se postant précisément de part et d'autre de la frontière. Les chars se retirent le lendemain, aucune des deux parties ne voulant enclencher pour Berlin une guerre nucléaire.

 

Description du Mur

Le mur, long de 156,4 Km. Après la construction initiale, il est régulièrement amélioré. En juin 1962 des travaux commencent pour réaliser une deuxième ligne parallèle à la première, ce qui créé un no man's land entre les deux barrières. La quatrième génération du Mur commence en 1975, il s'agit d'un mur renforcé de 3,6 mètres de haut construit à l'aide de 45 000 sections de 1,5 mètre de large.

La frontière est également protégée par des grillages, des alarmes, des tranchées anti-véhicules, du fil barbelé, plus de 300 miradors et 30 bunkers.

Au début des années 80, la frontière employait 1 000 chiens de garde ainsi que ainsi que de 14.000 gardes-frontière. Le système était étendu d'année en année. En particulier, les maisons proches de la frontières étaient progressivement vidées de leurs habitants puis murées. Ce processus dura jusqu'au 28 janvier 1985,Les soldats à la frontière est-allemande avait l'ordre de tirer. Le Mur de Berlin ne faisait pas exception à cette règle.

Le Mur était également sous la surveillance constante de policiers et de patrouilles de soldats, documentant tout signe suspect pouvant indiquer une activité des services secrets ennemis. Il s'avèrera par la suite qu'il existait cependant des passages secrets sous le mur.

 

La chute du Mur

Le mur de Berlin tombe dans la nuit du jeudi 9 au vendredi 10 novembre 1989, après plus de 28 années d'existence. Cet évènement qui a changé la face de l'Histoire a été porté d'une part des manifestations massives et l'exigence affirmée de liberté de circulation dans l'ex-RDA.

Grâce aux annonces des radios et télévisions de Berlin-ouest et de RFA, la nouvelle se propage rapidement. Plusieurs milliers de Berlinois se pressent aux points de passages et exigent de passer. À ce moment, ni les soldats surveillant les frontières, ni même les fonctionnaires du ministère chargé de la sécurité d'État responsables du contrôle des visas n'avaient été informés. Sans ordre concret ni consigne mais sous la pression de la foule, le point de passage de la Bornholmer Strasse est libéré vers 23 h 00, suivi d'autres points de passage tant à Berlin qu'à la frontière avec la RFA. Beaucoup assistent en direct à la télévision dès cette nuit du 9 novembre et viennent participer à la fête. Cependant le véritable rush a lieu le lendemain matin, beaucoup s'étant couché trop tôt cette nuit-là.

Les citoyens de la RDA sont accueillis à bras ouverts par la population de Berlin-Ouest. La plupart des bars font spontanément l'opération bière gratuite. Un concert de klaxons résonne dans Berlin et des inconnus se tombent dans les bras l'un de l'autre. En apprenant la nouvelle de la chute du mur, les députés chantent spontanément l'hymne national allemand.

 

Sur les traces du Mur de Berlin

L’ancien tracé de la frontière qui traversait Berlin est désormais marqué par une double rangée de pavés et on peut partir à la découverte des dernières traces du Mur sur les pistes cyclables ou les chemins de randonnée aménagés à cet effet sur certaines portions du tracé du Mur. Des stèles informatives sont érigées le long du tracé interurbain du Mur qui relatent l’histoire de chaque site respectif par le biais de cartes, textes, photographies et documents audio. Au musée de plein air East-Side-Gallery, 118 artistes de 21 pays ont peint un morceau du Mur de 1316 mètres de long avec différents motifs (de Ostbahnhof jusqu’au pont de Oberbaumbrücke). Au Mauerpark, des restes du Mur ont été intégrés à un espace vert où des graffiteurs sont autorisés à laisser libre cours à leur art (Bernauer Straße / Eberswalder Straße). Les fouilles archéologiques et les documents présentés dans l’exposition Topographie des Terrors montrent l’histoire de la police secrète d’État (la Gestapo), des SS et de l’Office central de la sécurité du Reich, le Reichssicherheitshauptamt (Niederkirchnerstraße, Anhalter Straße, Wilhelmstraße).

 

Chronologie du Mur de Berlin

12 août 1961

Dans la nuit du 12 au 13 août 1961, les autorités de la République démocratique allemande (RDA) commencent à couler du béton et à tendre des barbelés sur la ligne qui sépare à Berlin la zone sous occupation soviétique de la zone sous occupation américaine, anglaise et française. En interdisant la libre circulation entre les deux parties de la ville, les Soviétiques veulent stopper l'émigration des citoyens est-allemands et asphyxier économiquement Berlin-Ouest. Le "mur de la honte" tombera le 9 novembre 1989, annonçant la chute du communisme en Europe et l’effondrement de l’URSS.

27 août 1961

Face à face au chekpoint CharlieL’ancien poste-frontière Friedrichstraße, appelé "Checkpoint Charlie", devient à partir de 1961 le point de passage pour les membres des forces alliées américaines, britanniques et françaises stationnées à Berlin et désirant se rendre à Berlin-Est. Les touristes étrangers pouvaient y obtenir des renseignements sur les séjours à Berlin-Est. Ce poste-frontière doit son appellation à l’alphabet de l’OTAN. Les membres des forces alliées stationnées en Allemagne disposaient de trois points de passage pour rejoindre le centre de Berlin: le Checkpoint A (Alpha) à Helmstedt, qui était le point de passage de RFA en RDA, le Checkpoint B (Bravo) à Drewitz, qui était le poste de passage de RDA à Berlin-Ouest, et, enfin, le Checkpoint C (Charlie), le poste-frontière pour le transit de Berlin-Ouest à Berlin-Est.Deux semaines après la construction du mur de Berlin, le checkpoint Charlie est le théâtre d’une épreuve de force entre Américains et Soviétiques. Pendant plusieurs heures, blindés soviétiques et américains, distants de quelques dizaines de mètres, se font face au niveau du point de passage entre Berlin-Est et Berlin-Ouest. Soucieux de ne pas risquer un conflit armé pour de simples provocations, les deux armées reculeront.

9 novembre 1989

Le "Mur de la honte" tombe. Les autorités est-allemandes annoncent que les personnes désirant se rendre à l'ouest peuvent "passer par tous les postes frontaliers entre la RDA et la RFA ou par Berlin-Ouest." A partir de 22h00 des milliers de Berlinois massés près du Mur ouvrent un à un les postes frontières. Déjà le 7 novembre un million de manifestants à Berlin-Est avait entraîné la démission collective du gouvernement communiste. Après 28 ans de séparation entre l'est et l'ouest, le mur de la honte s'écroule entraînant bientôt dans sa chute le communisme soviétique.

3 octobre 1990

Réunification de l'AllemagneA minuit l'Allemagne en liesse, fête sa réunification. Un traité d'union, bientôt ratifié par l'ensemble de la communauté internationale, met fin à la division. A Berlin, des centaines de milliers de personnes ont entonné "l'Hymne à la joie" de Beethoven en agitant des drapeaux rouge, or et noir. Après la chute du mur de Berlin en novembre 1989, une nouvelle Allemagne est née.

1991-20 juin 1991

Berlin, capitale de l'Allemagne est réunifiée. Après la chute du mur de Berlin en 1989 et la réunification en 1990, les parlementaires allemands décident de redonner à Berlin son statut de capitale. C'est Bonn qui depuis la partition de l'Allemagne faisait office de capitale fédérale. Le Palais du Reichstag, incendié par les nazis en 1933 sera rénové et accueillera le Bundestag (parlement allemand) en 1999.

2 votes. Moyenne 4.50 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×