L'Adolescence est-elle toujours un moment de crise?

L’ADOLESCENCE EST ELLE TOUJOURS UN MOMENT DE CRISE ?

(Rapport du débat organisé par le Professeur Darius ENGUENGH avec les élèves de la 3ème M4du LJAA en avril 2003, dans le cadre du cours d'education civique)

 

- Définition de l'adolescence 

Intermédiaire entre l'enfance et l'âge adulte.

C'est le temps d'une triple transformation d'ordre physiologique,

psychique et psychologique.

 

- Problématisation du sujet

Dans les sociétés occidentales, l'adolescence est considérée comme un âge de crise. Mais, l'adolescence n'est pas vécue de la même façon selon les sociétés et les époques.

Ainsi, dans les cultures traditionnelles comme dans les îles Samoa, en Nouvelle-Guinée, ou en Amazonie, les stades de la vie sont ponctués par ce que les ethnologues appellent des rites de passage (naissance, initiation, mort).

Ayant atteint un certain âge, les garçons sont soumis à une cérémonie d'initiation qui les transforment en hommes à part entière aux yeux de leur communauté.

Quant aux filles, elles passent du statut d'enfant à celui de femme dès l'apparition de leur premier cycle menstruel.

Dans les sociétés des pays industrialisés, l'adolescence peut être au contraire une lutte pour trouver son identité et acquérir son indépendance.

Qu'est-ce au juste que l'adolescence? Est-ce la même chose que la puberté? Quand débute-t-elle et que bouleverse-t-elle? Pourquoi représente-t-elle un problème dans nos sociétés?

 

I. La puberté

Sous le terme de "puberté", on place des transformations physiologiques relatives à la maturation sexuelle.

La croissance est alors caractérisée par des variations rapides du taux d'hormones. Celles-ci agissent, à l'intérieur du corps, en messagères chimiques qui opèrent des changements radicaux. Cela a pour effet des poussées de croissance parfois spectaculaires et l'augmentation de la masse musculaire.

La silhouette se transforme et les organes sexuels se développent. Chez les filles, la poitrine et les règles font leur apparition. Quant aux garçons, leur voix se fait plus grave (c'est la mue) et leur système pileux se développe.

La poussée de croissance commence en général vers 10 - 11 ans chez les filles et 12 - 13 ans chez les garçons. Pour finir vers 14 - 15 ans pour les filles et 16 - 17 ans pour les garçons. Si les signes pubertaires sont reconnaissables, l'âge de leur apparition varie selon les individus. Une fois ces modifications survenues, l'adolescent a acquis son corps d'adulte et il est sexuellement mature, c'est-à-dire apte à la reproduction.

 

II. L'adolescence : une période difficile à délimiter

L'adolescence marque la période transitoire entre l'enfance et le monde des adultes mais c'est une période très difficile à délimiter; elle s'étale entre 12 et 20 ans selon les individus, elle s'accompagne d'un changement intellectuel et cognitif important. L'adolescence est en effet caractérisée par l'acquisition de la pensée formelle ainsi que les travaux du psychologue Jean Piaget (1896 - 1980) l'ont montrée.

À partir de 12 - 13 ans, l'adolescent est capable d'opérer sur des signes et des symboles substitués aux objets eux-mêmes et de raisonner sur ces substituts.

Le raisonnement fait désormais appel à des combinaisons qui permettent, en face d'une situation donnée, d'envisager des éventualités résultant de différentes combinaisons possibles.

 

III. Des transformations physiques et psychiques

Durant la puberté, le corps se transforme tandis que l'adolescent prend conscience de sa personnalité et de son identité.

En partie à cause de sa croissance soudaine, il est souvent maladroit, se trouve laid, gauche, mal à l'aise. Il renverse des verres, claque les portes avec force, se heurte aux objets car il évalue mal sa force. Tout cela est dû à un développement des os et des muscles trop rapide auquel le cerveau et le système nerveux doivent s'adapter. Rapidement cependant, les mouvements retrouvent toute leur coordination.

 

IV. L'éveil à la sexualité

L'adolescent doit s'habituer à sa nouvelle apparence physique et à l'éclosion de sa sexualité. C'est l'expérience la plus bouleversante, la plus significative et la plus perturbante qu'il vit. L'excitation sexuelle se manifeste plus fortement que dans l'enfance et génère de nouvelles expériences.

Quelle attitude adopter? Comment réagir face à ses propres désirs mal contrôlés et dont il est si difficile de parler à quelqu'un? Faut-il lutter contre ou s'y abandonner? Est-ce normal?

Toutes ces questions obsèdent l'adolescent qui a souvent du mal à s'en ouvrir à ses parents. L'effort étant difficile, voire impossible, il questionne plus volontiers ses camarades, ses frères ou sœurs aînés ou ses amis.

Toutefois, si l'adolescent d'aujourd'hui ne parle pas de sa sexualité à ses parents, ces derniers font l'éducation sexuelle de leurs enfants, en leur expliquant notamment l'utilisation du préservatif, pour les prévenir des maladies sexuellement transmissibles, dont la plus tragique : le sida.

Contrairement à la sexualité enfantine, dont toute la richesse fantasmatique a été mise en évidence par la psychanalyse, la sexualité des adolescents se concrétise.

La façon dont les jeunes gens développent une sexualité d'adulte dépend surtout des codes de chaque société : de la rigueur morale puritaine de certaines sociétés occidentales à la liberté tranquille de nombreuses sociétés primitives, tous les intermédiaires sont sans doute présents dans le monde.

L'adolescence est parfois le moment de la découverte d'une passion amoureuse, certes vécue avec générosité et force mais empreinte d'un désir de possession. Pendant toute la durée de l'adolescence, l'amitié est un facteur d'équilibre. Puisque l'on ne peut se confier à ses parents, l'amitié redonne confiance dans les moments difficiles. Les adolescents recherchent le groupe, la bande de copains au sein desquels ils trouvent la connivence, la tolérance, la communication, la tendresse et l'humour.

 

V. Les conflits parentaux et le temps des copains

Les individus s'identifient les uns aux autres quand leurs attitudes et leurs intérêts sont semblables. C'est encore plus vrai au moment de l'adolescence, période pendant laquelle les relations avec les parents sont souvent conflictuelles et où l'amitié devient prépondérante.

On cherche à s'identifier aux autres, à leur ressembler, et on modifie son comportement pour y parvenir. Les "bandes" sont souvent composées de jeunes qui ont sensiblement le même âge, le même niveau social et les mêmes préoccupations dans la vie. Pour l'adolescent, les parents (et les adultes en général) paraissent complètement étrangers à ce qu'il ressent. Ils lui imposent des règles strictes, qui lui paraissent injustes et dépassées.

Le groupe d'amis offre alors la compréhension et le sentiment d'appartenance qu'il ne trouve pas dans les relations familiales. Au sein du groupe, il ressent le sentiment de s'affirmer, d'être libéré de ses souvenirs d'enfance et de la pression parentale. Pourtant la bande possède un ensemble de règles qui peuvent être plus rigides que celles des parents ou des professeurs.

La bande instaure sa propre hiérarchie et peut édicter des conduites que l'adolescent n'approuve pas intérieurement mais auxquelles il se conforme parce qu'elles émanent de celle-ci. Le groupe qui considère comme valorisantes et excitantes certaines activités attend de ses membres qu'ils y participent. Un adolescent désireux d'être reconnu et accepté par les autres ne résistera pas à de telles pressions. Tandis qu'un autre peut considérer comme un signe de faiblesse de se laisser influencer et entraîner aussi facilement.

 

VI. Confusion et inexpérience

L'adolescence est le temps des grandes interrogations existentielles. Comment mener sa vie? Jusqu'où peut-on aller? Qui admirer et qui rejeter?

En fait, ces questions se posent tout au long de l'existence mais les adultes sont supposés leur faire face avec plus de maîtrise et moins d'angoisse. Ces questions sur son identité naissante sont nouvelles et le laissent perplexe. Il n'a pas encore structuré ses expériences, ses pensées, ses sentiments et ses émotions. Le trouble et l'inexpérience dominent le comportement des adolescents, qui passent facilement d'un extrême à l'autre.

Fièrement indépendants et rebelles dans une situation donnée, ils sont soudainement infantiles et démunis l'instant suivant.

 

VII. Le besoin d'indépendance

Ces changements d'attitudes sont encore plus manifestes dans la relation avec les parents. Dans la plupart des familles, les parents procurent sécurité, confort et stabilité à leurs enfants. Ils imposent également un ensemble de règles de conduite que l'adolescent cherche à bousculer parce qu'il s'interroge sur leur validité.

Le comportement de l'adolescent est souvent instable car ses objectifs et ses idéaux changent au gré de l'évolution des facettes de sa personnalité. La sensibilité extrême, la richesse émotive et le manque de contrôle associés à cet âge font que les états affectifs se succèdent à un rythme rapide, et sont perçus comme des caprices.

En quête de son identité propre, l'adolescent s'interroge anxieusement sur lui-même. Pour s'affirmer, il lutte contre ce qui l'attache à l'enfance et mobilise son agressivité contre le milieu familial dont il veut s'affranchir.

L'adolescence est une période aussi difficile pour les parents. Certains se sentent déstabilisés d'autres font des choix peu fortuits ou réagissent à l'agressivité de leurs enfants en se montrant encore plus intransigeants. Par ailleurs, reconnaître que son fils ou sa fille n'est plus un enfant, c'est aussi reconnaître son propre vieillissement, le plus dur étant d'assumer ce fait.

En développant leurs propres opinions, les adolescents remettent souvent en question les valeurs de leurs parents. Cette réaction reflète un désir de les défier, mais elle traduit également que les temps ont changé et que le monde a évolué. Avec les rythmes toujours plus rapides de la vie moderne, les modes et les goûts musicaux, les loisirs, les études et les perspectives d'emploi sont très différents de ceux de la génération précédente.

Les parents peuvent ne pas saisir la signification que revêt la "bonne" paire de tennis ou le "bon" genre de musique. Cette incompréhension entre parents et adolescents est appelée "le fossé des générations". Contrairement au cliché selon lequel ce fossé entre générations serait une conséquence de notre modernité, il est sans doute aussi ancien que la structure familiale qui l'abrite. Il ne prend, dans nos sociétés, cette forme extrême, que par l'attention qui est portée sur l'adolescence elle-même.

Certains parents ne peuvent pas, ou ne veulent pas, se souvenir des années où ils grandissaient et traversaient la même phase de rébellion et d'interrogations.

 

VIII. L'ouverture sur le monde des choix décisifs

Derrière l'insolence et la rébellion adolescents, se cache un questionnement sur le monde. L'adolescent découvre des réalités sociales et politiques qu'il ignorait jusqu'à présent et sur lesquelles il interroge son entourage qu'il remet ainsi en cause.

Cette quête d'un système de valeurs et de croyances personnelles fait partie de la construction de sa personnalité d'adulte. C'est durant cette période que de nombreux jeunes s'enthousiasment pour des causes politiques, philosophiques et morales qu'ils ne tardent pas, le plus souvent, à abandonner comme ils ont laissé leurs rêves d'enfants.

Mais, en Occident, où la durée moyenne des études est plus longue qu'ailleurs, les étudiants revendiquent un statut, structurent leurs révoltes contre l'ordre parental et leurs recherches identitaires en des mouvements qui mettent en question la famille et, in extenso , la société.

Ainsi l'adolescence est une période d'éveil aux multiples possibilités qu'offre la vie. Certains jeunes traversent une phase d'activité intense, d'enthousiasme ou même d'adoration. Ensemble, parmi leurs condisciples et leurs amis, ils œuvrent pour des causes communes. Le groupe qui se forme autour d'une protestation est rassurant et fort.

L'adolescence est ainsi une période où le devenir scolaire et professionnel devient important. Là aussi, des questions se posent. Faut-il continuer ses études et acquérir une formation générale? Faut-il au contraire se spécialiser très tôt en entrant en apprentissage? Ou faut-il entrer directement dans la vie active, si on en a l'opportunité? Les orientations prises sur la formation et la carrière sont décisives pour la phase suivante de son existence, celle de jeune adulte.

Aussi l'adolescence est une période où les conseils des parents, des professeurs et des conseillers d'orientation ainsi que l'environnement relationnel et social, sont importants.

Les adolescents ont un défi à relever : celui de trouver un nouvel équilibre pour s'épanouir.

(Le débat s’est déroulé dans une atmosphère tolérante ; chaque groupe a « écouté » l’autre. A un certain moment nous avons préféré que les jeunes se retrouvent entre eux seuls, ce qui nous a amené à nous éloigner de la salle de débat pendant un ¼ d’heure.)

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site